Marseille: Un mort et cinq blessés dans une fusillade à l'Opéra

FAITS DIVERS Une seconde fusillade a eu lieu vers le quai Arenc...

A.R. avec AFP
— 
La police scientifique devant le O'Stop.
La police scientifique devant le O'Stop. — A.Rancoule / 20 Minutes

Une fusillade a éclaté dimanche vers 6 heures devant le O’Stop, en face de l’Opéra, faisant un mort et au moins cinq blessés graves, a-t-on appris de sources judiciaire et policière. Peu de temps après, un taxi a également essuyé des tirs vers le quai d’Arenc, visiblement par les mêmes personnes : « On reconnaît le même véhicule », selon une source policière. Il n’y a pas eu de blessé.

Plusieurs personnes s'abritaient de la pluie

Un groupe de personnes à bord d’une voiture de grosse cylindrée a fait feu en direction de la terrasse de l'établissement depuis l’habitacle du véhicule avec une ou plusieurs armes de gros calibre. La victime se trouvait à l’extérieur, sous l'auvent.

L’orage grondait et une vingtaine de personnes avait trouvé refuge sous l'auvent et à l'intérieur de l’établissement, ouvert toute la nuit. Certaines des personnes blessées, à l’intérieur, ont été atteintes d’éclats de verres ou de balles. « Les victimes qui étaient là ce qu’on appelle des dommages collatéraux, mais il y a aussi apparemment des victimes travaillant dans la sécurité, dont celle qui est décédée », précise André Ribes, l’adjoint du procureur de Marseille.

Selon les premiers éléments, la fusillade serait liée à une dispute entre un vigile et des clients. Plusieurs douilles de 7,62x39 ont été retrouvées. Des plots jaunes, numérotés jusqu’à 30, les matérialisés devant le O’Stop. Les enquêteurs ont également retrouvé des douilles de 9 mm. Pour l’heure, la police judiciaire, saisie de l'enquête, cherche à savoir si deux armes ont été utilisées par les agresseurs ou s’il y a eu des tirs de riposte depuis le bar.

«L’Opéra, c’est un quartier de nuit, donc un quartier à risques par définition ».

« Ce que nous avons encore une fois à déplorer, c’est cette présence d’armes, qui visiblement sont utilisées très facilement, lorsqu’il y a la moindre contrariété », déplore Sabine Bernasconi, la maire du 1er secteur. L’Opéra, c’est un quartier de nuit, donc un quartier à risques par définition ».

Des caméras de surveillance quadrillent le quartier, où plusieurs événements de ce type se sont déjà déroulés. Il y a deux ans, trois hommes avaient été blessés par balles, dont l’un gravement, après avoir été pris pour cible à la Kalachnikov. Tout était parti d’un différend entre deux groupes à l’intérieur de l’établissement de nuit.