Marseille: «Si elle nous voit, je veux qu’elle sache qu'on ne lâche pas», raconte la mère de Paloma

FAITS DIVERS La jeune fille de 18 ans a été mortellement percutée par une voiture en juillet. Le conducteur est toujours recherché...

A.R.

— 

Marseille le 09 SEPTEMBRE 2015 La famille de Paloma organise une marche blanche dimanche.
Marseille le 09 SEPTEMBRE 2015 La famille de Paloma organise une marche blanche dimanche. — Amandine Rancoule / 20 Minutes

Paloma aurait dû rentrer dans l’armée en octobre. « Elle était très droite, elle me disait souvent "Roule moins vite, fume moins", sourit sa mère, Vanessa. Caporal-chef, ça lui allait très bien », ajoute-t-elle, en mimant un rapide salut militaire.

En juillet, Paloma a été fauchée par une voiture sur la route d’Allauch, à l’âge de 18 ans. Elle roulait en scooter lorsqu’elle a été percutée par une voiture noire. Plusieurs témoins ont vu le véhicule partir à vive allure, d’autres ont vu le conducteur téléphoner. Plus de deux mois après, la famille le recherche toujours. « On veut aussi retrouver le couple qui roulait devant le chauffard, car il a peut-être vu un morceau de plaque d’immatriculation », espère Vanessa.

Neuf caméras de surveillance

Soudain, elle sort une feuille de son sac. Les bords sont abîmés, la feuille, pliée en quatre, a visiblement été maintes fois dépliée. « Désolé, c’est fait maison, j’ai dessiné le plan du quartier moi-même », s’excuse-t-elle.

Sur le papier A4, les lignes sont les axes routiers autour du lieu de l’accident, les ronds, les caméras de surveillance. « Il y a neuf caméras de surveillance, la police a fait une réquisition sur la seule caméra où on ne voit rien, explique-t-elle en la montrant du doigt sur le papier. Qu’est-ce que ça coûtait de faire une réquisition de plus ? Est-ce que l’on peut trouver des choses sur les images ? se demande-t-elle toujours. Je pense que oui et si ça avait été fait, on ne serait pas là à faire tout ce raffut »

« Je veux un visage. Et je veux un nom »

Car depuis la mort de sa fille, elle n’a pas eu un moment « de tranquillité ». Tous les jours, elle fait du porte à porte, elle mène des enquêtes de voisinage, elle utilise Facebook, elle tracte dans les boîtes aux lettres, elle cherche des témoins du drame. Cette semaine, Vanessa, sa famille et ses amis, préparent une marche blanche organisée dimanche* en mémoire de Paloma.

« Si elle nous voit, je veux qu’elle sache qu’on ne lâche pas, souffle-t-elle, levant ses yeux rougis vers le ciel, une main sur la poitrine. On lui a promis. La force je l’ai, le courage je l’ai. Mais je veux des explications. Je veux qu’on attrape ce chauffard, insiste-t-elle, déterminée. C’est arrivé à Paloma, ça pourrait être un piéton, un vélo. Aujourd’hui, je veux un visage. Et je veux un nom ».

*A 10 heures Rond-point du Ruissatel, village de la Valentine. 06 26 11 64 03.