Le Bol d’Or revient au Castellet, les radars aussi

AUTO-MOTO Les forces de l'ordre et les élus locaux ont annoncé le dispositif de sécurité qui entourera le 79e Bol d'Or au Castellet...

Christine Laemmel

— 

La dernière édition du Bol d'Or au Castellet en 1999
La dernière édition du Bol d'Or au Castellet en 1999 — d

Des lacets qui serpentent entre les pins. Ça grimpe. Ça tombe à pic. Puis sans s’en rendre compte on traverse un village en ligne droite, Cuges-les-Pins, à peine freiné par un panneau indiquant une limitation à 50 km/h. Ce trajet, c’est la route qui mène au circuit du Castellet. Dans 10 jours, 25.000 motards s’y engouffreront. Rejoignant tous la mythique course du Bol d’Or. La « fête », les deux préfets, leurs adjoints en képis et la dizaine d’élus qui siègent en conférence de presse, ce mardi après-midi, dans le restaurant panoramique du circuit Paul Ricard, tous l’ont à la bouche. Avant de dérouler avec minutie l’arsenal sécuritaire impressionnant qui la cadrera.

Pas de bière à emporter

En tout, 485 militaires seront mobilisés 24h/24 entre le Var et les Bouches-du-Rhône pour assurer la sécurité. Plus de 50 policiers effectueront des contrôles de vitesses et d’alcoolémie. Ceux-ci seront même « systématiques », indique la Préfecture, entre le circuit et le littoral. En matière d’alcool, Pierre Soubelet, Préfet du Var, préférant « la prévention » à la répression, a d’ores et déjà interdit « toute installation de débit de boissons temporaires » sur les communes environnantes. « Ça tombe bien, réagit le truculent maire du Bosset, on a déjà eu énormément de demandes ». Les motards en goguette ne pourront pas non plus emporter leur demi de bière en sortant du restaurant. Ni trimballer plus d’un litre d’alcool fort. Avec 88 morts depuis le début de l’année dans les Bouches-du-Rhône et une croissance de l’insécurité routière, Christophe Reynaud, Directeur de Cabinet du Préfet de Police des Bouches du Rhône, a suivi le mouvement de son voisin varois. Radars embarqués et fixes mais « déplaçables » feront évidemment partie de l’arsenal.

« L’attention particulière » accordée aux motards

« Vous allez inquiéter les motards si on leur dit ça », réagit un journaliste spécialisé de l’assemblée, en guise de question. La remarque fait sourire mais les excès inquiètent. En partenariat avec la sécurité routière, la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC) met en place depuis des années des « Relais Calmos » dans des villes étapes rejoignant le circuit. « Des souricières » ont dénoncé certains, que les forces de l’ordre prenaient pour des zones de contrôles privilégiées. « Oui, il y a eu des dérives, reconnaît Pascal Auberty, directeur du Bol d’Or, les motards sont habitués à subir une attention particulière. » La signature d’une nouvelle charte entre la FFMC et le ministère de l’Intérieur en juillet, devrait rassurer les plus craintifs. Mais cette année encore, le regard des gendarmes sera braqué sur les motards.