Marseille: La police municipale bientôt équipée de 357 Magnum

SECURITE Les armes sont fournies par le gouvernement...  

Mickael Penverne

— 

Un policier municipal sur le Vieux-Port.
Un policier municipal sur le Vieux-Port. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Bernard Cazeneuve s’est rendu vendredi une nouvelle fois à Marseille. Le ministre de l’Intérieur, qui est déjà venu une dizaine de fois, a signé cette fois une convention avec Jean-Claude Gaudin pour doter la police municipale d’armes de poing. En l’occurrence, plus de 400 revolvers de calibre 357 Magnum. Des armes qui viennent s’ajouter au Taser et Flash-Ball qui équipent déjà les agents.

Depuis les attentats de Charlie Hebdo en janvier, qui avaient provoqué notamment la mort d’une jeune policière municipale à Montrouge, dans les Hauts-de-Seine, le gouvernement veut accélérer l’armement de ces agents. Depuis un décret publié le 29 avril, il met à disposition des communes qui le souhaitent, pas moins de 4 000 revolvers de calibre 357 Magnum.

Le maire de Marseille a rappelé vendredi qu’il est longtemps resté opposé à l’armement de la police municipale. Comme le syndicat majoritaire Force Ouvrière, dont le secrétaire général Patrick Rué était présent à l’Hôtel de ville, il craignait les « accidents », autrement dit les « bavures ». Et puis, pour Jean-Claude Gaudin, la sécurité et le maintien de l’ordre devait demeurer une prérogative exclusive de l’Etat.

« Pas de course à l’armement »

« Mais le contexte et la succession d’événements tragique impliquant la mort ou l’agression de policiers municipaux ont fait évoluer ma position, a-t-il expliqué. Les policiers, qu’ils soient nationaux ou municipaux, sont aujourd’hui en première ligne face aux malfaiteurs et aux terroristes. Leur uniforme les désigne parfois même comme des cibles privilégiées, et il n’est pas concevable qu’ils ne puissent pas se protéger ».

Les policiers municipaux pourront mettre au ceinturon leurs 357 Magnum l’année prochaine, une fois conclus les marchés publics pour acquérir des étuis et des munitions. Les policiers devront également suivre une formation au maniement de cette arme pendant une semaine. « Il ne s’agit pas de s’engager dans une course inconsidérée aux armements », a lancé Jean-Claude Gaudin mais de « parachever l’évolution engagée en 2012 ».

En trois ans, les effectifs de la police municipale sont passés de 220 agents à plus de 400 aujourd’hui. Parallèlement, la municipalité a généralisé la vidéosurveillance avec l’installation de plus de 650 caméras en ville – un millier d’ici un an.