La série «Marseille» promet de crever l'écran sur Netflix

CINEMA Le tournage a débuté lundi dans l’hémicycle de l’espace Bargemon avec Depardieu…

Amandine Rancoule

— 

Vue du vieux port de Marseille avec la mairie
Vue du vieux port de Marseille avec la mairie — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Les badauds l’ont vu débouler vers 10 heures lundi matin. Tiré à quatre épingles, costume, cravate, chaussures vernies, Gérard Depardieu, sans casque, a garé son scooter de location sur le trottoir, à deux pas de l’espace Bargemon.

Gérard Depardieu est à Marseille. - A.Rancoule/20 Minutes

 

L’acteur incarne le maire de Marseille, Robert Taro, pour la nouvelle série de Netflix Marseille dont le tournage a débuté lundi dans l’hémicycle même du vrai conseil municipal de la deuxième ville de France.

« C’est une vraie fiction, une vraie invention »

Marseille met en scène une lutte pour le pouvoir entre le maire et son dauphin, joué par Benoît Magimel. Mais évidemment, rien à voir avec la réalité. Il n’y a pas de Gaudin de Muselier, de Deferre, de premier adjoint… « C’est une vraie fiction, une vraie invention, c’est quelque chose qui ne ressemble en rien au combat politique dans cette ville, répète Dan Franck, le scénariste de la série. Ce qui est réel, c’est l’ambiance, la sociologie de la ville. Tout cela est vrai. L’histoire en elle-même est totalement inventée et ne repose sur aucune réalité politique ».

Dan Franck, lundi matin devant l’espace Bargemon. - A.Rancoule/20 Minutes

 

Mais à Marseille, on ne peut s’empêcher de faire le lien. « Le maire Jean-Claude Gaudin a beaucoup d’humour, il est très simple, et Depardieu à l’image d’un homme jovial, on le connaît aussi pour sa simplicité, qui de mieux pour le jouer ? ça va le faire ! », estime Bruno, au restaurant Trattoria Marco. « Il y aura forcément un mélange de réalité et de fiction, sinon, ça ne tient pas la route », pense une Marseillaise, venue par « curiosité ». « Déjà, ils commencent le tournage dans la salle du conseil municipal : même si l’histoire est fictive, la fonction des lieux est réelle. Tout cela entretient une certaine confusion dans les esprits », analyse-t-elle.

Le casino de jeux ? Imaginé également

« Toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant existé ne serait que pure coïncidence », martèle Netflix. De toute façon, selon Dan Franck, la mairie « n’a pas lu le scénario et n’a rien recadré ». Sinon, c’est sûr, elle aurait reconnu quelques situations. Car dans cette première scène tournée lundi, on assiste à une querelle entre élus autour de l’opportunité ou pas d’installer… un casino de jeux.

« Je ne savais pas que ça avait eu lieu, j’ai réellement tout imaginé », se défend Dan Franck. Et parce qu’on en deviendrait presque fou, le Marseillais Gérard Meylan nous rassure : « On est parfois dans une fiction très, très proche de la réalité ».

L’acteur joue un personnage politique socialiste dans la série, diffusée en mars 2016. D’ici là, qui sait, la réalité aura peut-être dépassé la fiction.