EELV «ressemble plus à des Khmers verts qu’à des écologistes»

REACTION Le député de Gardanne François-Michel Lambert réagit à la démission de François de Rugy d'EELV...

Mickael Penverne

— 

François-Michel Lambert
François-Michel Lambert — JACQUES DEMARTHON / AFP

François-Michel Lambert soutient sans surprise la démarche de son collègue de Loire-Atlantique, François de Rugy, qui vient de rendre sa carte d’Europe Ecologie-Les Verts. Le député des Bouches-du-Rhône, qui dit avoir été exclu du parti, annonce la création d’un nouveau « comité de liaison » baptisé l’Union des écologistes.

Que vous inspire le départ de François de Rugy d’EELV ?

Il traduit justement la dérive totalitaire d’Europe Écologie Verts qui s’apparente de plus en plus à des Khmers verts qu’à des écologistes. Lors de leurs universités d’été, vous les avez entendus parler d’Europe et d’écologie ?

 

Vous avez été suspendu du parti en juin…

… J’ai été exclu ! C’est passer un peu inaperçu mais j’ai été exclu d’Europe-Ecologie-Les Verts le 15 juin par un mail. J’ai été exclu parce que j’ai tendu la main aux autres écologistes en proposant des adhésions multiples, à d’autres partis (François-Michel Lambert a adhéré au Front Démocrate et Génération Ecologie pour, disait-il à l’époque, « créer des ponts »).

Que comptez-vous faire désormais ?

J’ai déposé il y a quelques jours le nom d’un nouveau groupe d’animation que je vais présenter tout à l’heure à La Rochelle (aux universités d’été du Front Démocrate de Jean-Luc Bennahmias et Christophe Madrolle). Cela s’appelle l’Union des écologistes. C’est un groupe de liaison qui a pour but, à terme, de rassembler sous une bannière commune tous ceux qui partagent nos idées pour partager nos engagements. Cette Union des écologistes est destinée à répondre aux 85 % des sympathisants écologistes qui souhaitent que l’on soit dans l’action et dans l’exécutif.

François de Rugy doit participer, à vos côtés, à une table ronde aux universités d’été du Front démocrate. Qu’allez-vous lui dire ?

Je souhaite qu’il participe, à mes côtés mais aussi avec d’autres personnalités, à ce comité d’animation pour que, petit à petit, l’on arrive à construire une union des écologistes. Tous les sympathisants d’Europe Écologie Verts qui veulent y participer sont les bienvenus. D’ailleurs, j’ambitionne que l’ensemble d’EELV participe à ce groupe d’animation. Mais je n’y crois pas.

 

Europe Ecologie-Les Verts a choisi de partir de son côté pour les élections régionales en PACA. Où en êtes-vous de votre rassemblement avec la gauche ?

Je vais en discuter lors des universités d’été du Front démocrate avec Jean-Luc Bennahmias et Christophe Madrolle… Concernant EELV, on a l’impression qu’ils sont en plein delirium tremens. Ils s’illusionnent. Ils se voient gagner la région. Mais avec qui ? Avec les quelques gauchistes qui les accompagnent ? En mélangeant tout et n’importe quoi, et en étant limite avec l’éthique ? Et en envoyant les gens dans les bras du Front national ? Jamais, je n’accompagnerai ce delirium tremens.

On parle de vous comme tête de liste dans les Bouches-du-Rhône à la place du premier secrétaire fédéral du PS Jean-David Ciot…

L’intérêt, ce n’est pas François-Michel Lambert mais le rassemblement pour un projet partagé.

Pensez-vous réellement que la région peut échapper à la droite en décembre ?

Oui bien sûr mais cela passe par le rassemblement et en évitant la stigmatisation des uns et des autres. Or, le problème, c’est qu’avec Europe Ecologie-Les Verts en PACA, c’est exactement l’inverse qui se produit : on stigmatise tous ceux qui n’ont pas le petit doigt sur la couture du pantalon.