Gare au danger qui se trame

©2007 20 minutes

— 

A l'intérieur, une cabine capable de ­résister « à une compression de 40 tonnes ». A l'extérieur, des usagers de la route qui n'ont plus vu un tramway depuis cinquante ans. Dès les premiers essais ­en décembre, la communauté urbaine Marseille-Provence Métropole (MPM) a lancé un grand plan de communication sur la sécurité du tramway. Que vous soyez piétons, deux-roues ou automobilistes, deux règles essentielles à retenir : le tram est toujours prioritaire et on ne doit pas circuler sur la plate-forme où sont posées les voies.

Sur la cinquantaine de carrefours recensés le long des deux lignes, les feux sont censés passer au vert à l'approche du tram, bloquant la circulation pour les autres. Avec en prime, un signal sonore sur chaque rame pour avertir de son arrivée. Ce qui n'a pas empêché certains deux-roues et automobilistes de se faire déjà surprendre en traversant la voie. Les rames roulant en moyenne à 20 km/h, avec des pointes jusqu'à 70 km/h, le choc peut être rude. La plupart des villes ayant adopté le tramway ont constaté des accrochages durant la première année d'exploitation. Bordeaux a ainsi connu trois accidents mortels dans les six premiers mois. Avec le temps, le nombre d'accidents diminue. Treize ans après sa remise en service, le tram de Strasbourg déplore en moyenne un accrochage par mois, avec des fréquences de passage des rames pouvant atteindre un tram toutes les 90 secondes.

fréquence Le tramway marseillais, inauguré ce samedi, devrait passer toutes les six à huit minutes, et jusqu'à toutes les quatre minutes en période de pointe. Chaque rame de tramway pèse plus de 40 tonnes.