Démission de Bielsa: Pourquoi l'OM ne veut pas recruter un entraîneur français

FOOTBALL Non, Frédéric Antonetti et René Girard ne feraient pas partie des coachs visés par l'OM...

C.L.
— 
Vincent Labrune en 2013
Vincent Labrune en 2013 — GABRIEL BOUYS / AFP

L’étau se resserre. Presque 72 heures après l’annonce choc de Marcelo Bielsa, on en sait (un peu) plus sur la liste de prétendants. L’OM souhaite attirer un entraîneur de renom. Capable de forger un jeu offensif, dans la lignée de Bielsa et de faire grandir les jeunes recrues de l’effectif. Mais surtout, le prétendant doit être étranger. Pourquoi écarter les profils français ?

OM : Eric Gerets ne souhaiterait plus entraîner

Non, Jürgen Klopp ne veut pas aller à l’OM, affirme son agent

Parce que l’OM veut un entraîneur qui en impose
Faire plus charismatique que Marcelo Bielsa, ça va être compliqué. Mais Marseille veut tenter le coup. Le club espère faire venir un coach de stature internationale, un nom connu et reconnu. Galvanisés par la présence de l’Argentin, unanimement décrit comme un génie du foot, les supporters resteraient sans doute sur leur faim avec, par exemple, un René Girard qui n’a jamais mis un pied hors de France. Nombreux sont aussi les joueurs qui ont fait le déplacement davantage pour la légende argentine que par la perspective de rejoindre la Commanderie. C’est un coup de fil d’El Loco qui a décidé Lassana Diarra. Lucas Ocampos a dit non à la Fiorentina pour rejoindre Bielsa. Samedi soir, il était en larmes dans les vestiaires. En misant sur un coach de standing, Labrune s’assure de ne pas complètement démotiver ses nouvelles recrues.

Parce que Margarita Louis-Dreyfus accepte de sortir le chéquier
Tout discret qu’il est, Marcelo Bielsa avait quand même songé à négocier une augmentation de 25 %, émargeant à 350.000 euros mensuels. Au total, Vincent Labrune disposait pour le stratège d’une enveloppe de 7 millions d’euros. MLD a accepté de les lui laisser pour trouver le meneur idéal et son staff. Avec cette somme, il a de quoi voir grand et cher. A la hauteur côté Français, d’un Laurent Blanc (PSG), d’un Arsène Wenger (Arsenal) ou d’un Didier Deschamps (Equipe de France). Mais difficile de voir ce qui leur ferait envie en Provence.

Parce que les Français n’ont pas le profil recherché
L’OM a une idée très précise du portrait-robot de son futur entraîneur. Le tacticien doit développer un jeu offensif, faire évoluer les jeunes (comme Marcelo l’a fait avec Imbula et Payet, rapportant 40 millions d’euros au club) et proposer un jeu attrayant. Le nouveau devra s’inscrire dans les traces de Bielsa, du moins au niveau du panache. El Loco a « montré à une Ligue 1 qu’on ne cesse de critiquer pour sa frilosité, expliquait Thomas Goubin, auteur de El Loco Unchained, une biographie de Marcelo Bielsa, qu’on pouvait jouer autrement, de manière extrêmement offensive, que les joueurs pouvaient s’adapter à un entraîneur qui a une culture différente de la culture française. » Aux jeux des sept différences, l’Argentin Marcelo Gallardo, qui marche dans les pas de son ancien mentor ou l’Italien Vincenzo Montella et son jeu spectaculaire, colleraient par exemple plutôt bien aux envies de Labrune.