Marseille: Qui était Robert Bérengier, l'homme abattu en pleine rue à Beaumont?

FAITS DIVERS L'individu était fiché au grand banditisme...

C.L.

— 

Robert Bérengier, croqué pendant le procèse du braquage de Gentilly en 2006
Robert Bérengier, croqué pendant le procèse du braquage de Gentilly en 2006 — BENOIT PEYRUCQ / AFP

Il s’appelait Robert Bérengier. Ce jeudi matin, dans le quartier de Beaumont, un homme de 52 ans a été abattu à bout portant de huit balles de 9mm, dont cinq en pleine tête. Robert Bérangier était loin d’être inconnu des services de police. L’homme était fiché au grand banditisme, notamment pour braquage.

« Le 26 décembre, c’est les santons »

L’homme qui vivait dans le centre-ville de Marseille a été condamné en 2006 à neuf ans de réclusion criminelle pour avoir participé au vol à main armée de la Brink’s à Gentilly le 24 décembre 2000. Six millions d’euros avaient été volés ce jour-là. Le Provençal niera sa présence dans la planque des braqueurs (malgré son ADN retrouvé) avec ses mots : « Je ne peux pas être passé sur Paris le 26 décembre 2000, parce que, chez nous, le 26, c’est les santons. C’est aussi important que le 25. »

Lié à Antonio Ferrara

Dans le box des accusés, à ses côtés, c’est Antonio Ferrara qui est assis. Le célèbre « roi de la belle ». Selon La Provence, les enquêteurs avaient acquis la conviction que Bérengier était un de ses complices, notamment pour son évasion de la prison de Fresnes en 2003. Bérengier serait également lié de longue date à plusieurs des protagonistes de l’attaque ratée d’un fourgon blindé à Toulouse en 2001, dans laquelle il sera finalement acquitté : Michel Acariès, son ancien co-détenu et Jean-Philippe Boehm avec lequel il a participé à l’attaque de Gentilly, seront eux condamnés.

Robert Berengier était sorti de prison en 2012.