Incendies à Berre-l'Etang: Un troisième système de mise à feu découvert

FAITS DIVERS Deux explosions et des incendies se sont produits mardi sur le site pétrochimique de LyondellBasell…

A.R. avec AFP

— 

Une double explosion s'est produite dans la raffinerie Lyondellbasell à Berre-L'Etang (France), le 14 juillet 2015.
Une double explosion s'est produite dans la raffinerie Lyondellbasell à Berre-L'Etang (France), le 14 juillet 2015. — Stringer/AP/SIPA

La procureur d’Aix-enProvence, Dominique Moyal, a définitivement exclu la piste accidentelle pour expliquer la double explosion à la raffinerie LyondelBasell. « On part sur la piste de l’incendie volontaire », a-t-elle indiqué mercredi en fin d’après-midi précisant que les « témoignages » et les films de vidéosurveillance du site, qui sont en possession des enquêteurs, démontrent que les deux explosions se sont déroulées à « trois secondes » de décalage. Ce délai, a ajouté la magistrate, exclut « l’explosion par propagation ».

Quelques heures plus tôt, le ministre de l’Intérieur avait indiqué à l’Assemblée nationale que la double explosion relevait d’un « acte criminel, dont la motivation n’est pas établie ». « Il y a une enquête en cours, les premiers éléments qui sont communiqués montrent qu’il s’agit d’un acte criminel, dont la motivation n’est pas établie », avait souligné Bernard Cazeneuve.

Des systèmes artisanaux

Lors d’une conférence de presse, Dominique Moyal a précisé qu’un autre « système de mise à feu » a été découvert mercredi vers 11 heures sur le « couvercle » d’une troisième cuve de la raffinerie. Par chance, celui-ci n’a pas fonctionné et la cuve n’a pas explosé. Le dispositif, « de même nature » que celui retrouvé à proximité d’une des deux cuves incendiées mardi, « a produit quelques dommages sur le couvercle, mais n’a pas provoqué l’étincelle et l’incendie qui étaient sans doute attendus ».

Les enquêteurs essaient encore de récupérer « en toute sécurité » ce dispositif, toujours situé sur la cuve contenant des produits inflammables. S’ils parviennent à la récupérer, ce système de mise à feu qui pourrait donner de nombreux indices aux enquêteurs.

Ainsi, l’hypothèse que les détonateurs et les pains de plastic volés il y a une semaine sur un site militaire à Miramas aient pu servir à Berre l’Etang semble s’éloigner. « Les systèmes trouvés sont plus artisanaux qu’à Miramas », a déclaré Dominique Moyal. La procureur a ajouté qu’aucune revendication n’a été encore retrouvée.

« Ces éléments ont été trouvés non loin de l’une des deux cuves »

Le parquet d’Aix a ouvert mardi une enquête pour destruction par incendie. Des membres de l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) et des gendarmes de la section de recherches de Marseille ont repris mercredi matin leurs recherches sur les lieux de la double explosion, « avec une sécurisation renforcée ».

Ils ont trouvé, dans la matinée, des éléments qui pourraient constituer une chaîne pyrotechnique », c’est-à-dire un système de mise à feu.

 

Les gendarmes ont aussi constaté qu’un passage avait été pratiqué à travers le grillage, près d’une des cuves incendiées. Mais ils « n’ont pas trouvé d’indices amenant à penser qu’il y a eu un passage récent par cette ouverture », selon une source proche de l’enquête.

Vers 3 heures mardi, deux explosions ont retenti dans ce site du groupe LyondellBasell. Elles ont touché deux cuves, distantes d’environ 300 mètres, entraînant d’énormes incendies qui n’ont fait aucune victime. Pour l’instant, « toutes les pistes sont étudiées », a conclu mercredi soir Dominique Moyal.