Bouches-du-Rhône: Les accès aux massifs sont réglementés jusqu'en septembre

ENVIRONNEMENT Les niveaux de danger préviennent notamment les feux de forêt…

A.R.

— 

Le Parc des calanques.
Le Parc des calanques. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

L’accès des personnes et des véhicules aux massifs forestiers est réglementé jusqu’au 30 septembre dans les Bouches-du-Rhône. Chaque jour, les niveaux sont consultables pour les 90 communes concernées à partir de 18 heures sur le site de la préfecture ou au 0811 20 13 13 pour la journée du lendemain. Les randonneurs peuvent ainsi prévoir de changer de massif ou de se promener uniquement le matin.

 

« Nous élaborons des cartes des dangers météorologiques que nous transmettons aux préfectures, raconte Florence Vaysse, la responsable du service feux de foret de la zone sud à Météo France. Nous couplons l’expertise de la sécheresse des végétaux avec les températures, le vent et l’humidité de l’air ».

Trois niveaux de danger, trois couleurs

En fonction de ces conditions météorologiques, trois niveaux de danger sont alors définis. Le niveau orange correspond à un danger météorologique d’incendie faible. Dans ce cas, l’accès est autorisé. Le rouge correspond, lui, à un niveau sévère. Dans ce cas, l’accès est autorisé uniquement le matin de 6 heures à 11 heures, comme c’est le cas ce mercredi. Au niveau noir, pour lequel le danger est très sévère, l’accès est strictement interdit.

« Seize départements comportent des zones sensibles aux feux de forêts, explique Romain Matile, technicien forestier au pôle forêt de la direction départementale des territoires, qui s’occupe de mettre à jour les cartes. Dans les Bouches du Rhône, neuf stations météo sont dédiées aux risques incendie. Par exemple, Marseille et les Calanques ont la même station, car elles ont le même type de climat. Il en est de même pour le massif de l’Etoile, la Côte bleue et le plateau de l’Arbois », ajoute-t-il.

Seulement 15 hectares brûlés en 2014

Le dispositif a notamment pour but de prévenir les incendies. Chaque été, environ 300 départs de feu en moyenne sont répertoriés dans le département. Selon le degré de risque, le SDIS peut déployer jusqu’à 300 personnes sur le terrain. Une soixantaine de véhicules d’intervention spécialisées sont chargés de l’extinction des feux naissants.

 

Des vigies sont chargées de détecter les départs de feux et de relayer l’alerte. Des véhicules légers de surveillance couvrent également les massifs forestiers du département avec des missions de surveillance et de sensibilisation du public au risque feux de forêts.

En 2014, grâce à un important maillage du territoire, qui a permis d’éteindre plusieurs départs de feux, et de conditions météorologiques favorables, 15 hectares ont brûlé contre 500 à 1 000 en saison estivale ordinaire.