Gare aux trains de la Côte bleue

©2007 20 minutes

— 

Pour aller à la mer, ne sautez pas les grillages. La SNCF et le Réseau ferré de France (RFF) ont présenté, hier, leur campagne de sensibilisation « Un coin de paradis, c'est encore mieux d'en profiter quand on est encore en vie ». Objectif : alerter les promeneurs sur

les risques qu'ils prennent en traversant à pied les voies ferrées de la Côte bleue, entre Marseille et Mar­tigues. « Géné­ra­lement, il y a un à deux morts par an, assure Michel Croc, directeur régional de RFF. Heu­reusement, l'an passé, on n'a déploré aucune victime. »

La dissuasion ne s'arrête pas là. « RFF investit 500 000 € par an pour la pose de grillages le long des voies, explique Arnaud Godart, chargé de mission en maintenance

à RFF Paca. Un mur avec des barbelés a même été dressé au niveau du Rove. » Une trentaine de TER et trains

de fret, roulant en moyenne à 110 km/h, empruntent la ligne chaque jour.