La raffinerie Total de La Mède.
La raffinerie Total de La Mède. — BERTRAND LANGLOIS AFP

ECONOMIE

Total: La CGT appelle à un blocage des stations services

Le syndicat proteste une nouvelle fois contre la reconversion du site...

La Fédération nationale des industries chimiques-CGT a appelé à un blocage des stations Total jeudi 2 juillet pour protester contre les projets du groupe concernant la raffinerie de La Mède.

Total a annoncé en avril un investissement de 200 millions d’euros pour la reconversion de cette raffinerie vers la production de biocarburants, entraînant la suppression de 180 postes sur 430, sans licenciements. Dans un communiqué, la FNIC-CGT explique que ce projet menace « 1.300 emplois directs et indirects ».

Pour le syndicat, ce « projet de mort du raffinage de pétrole à La Mède » n’est pas acceptable. L’organisation appelle « au blocage de toutes les stations de vente de carburants Total ». L’opération qui sera renouvelée « chaque jeudi » durant tout l’été jusqu’à ce que l’entreprise « retire son projet ».

Pas dévaluation du risque

« Notre intention est bien d’impacter directement la distribution de carburant au point de distribution final, c’est-à-dire dans les stations-service », a expliqué Eric Sellini, coordinateur CGT pour Total. Le syndicat a déjà bloqué la raffinerie en mai pendant quelques jours.

Du côté de la direction, on est incapable d’évaluer « le risque de perturbation pour les consommateurs ». En revanche, un porte-parole de l’entreprise souligne que le mouvement « n’est pas soutenu par la majorité des syndicats » et que « le dialogue social se poursuit » avec les autres syndicats.

Concurrence étrangère

L’activité de raffinerie en France subit la concurrence des pays étrangers mais aussi la baisse de la consommation de carburant lié au ralentissement de l’activité économique et aux économies d’énergie.

Après la fermeture de LyondellBasell, il ne reste plus que trois raffineries autour de l’étang de Berre. Et seulement huit en France. Selon l’Union française des industries pétrolières (Ufip), le raffinage a enregistré une perte de 750 millions d’euros en 2013.