OM: La mobilisation des supporters anti-Labrune tourne court

REPORTAGE Une vingtaine de supporters se sont réunis ce lundi à la Commanderie où se trouvaient déjà des CRS...

Christine Laemmel

— 

La Commanderie le 22 juin 2015 Lancer le diaporama
La Commanderie le 22 juin 2015 — C.LAEMMEL/20MINUTES

Ce lundi matin, à la Commanderie, ils voulaient être au moins 300, expliquait Benjamin à 20 Minutes ce dimanche, jeune étudiant à l’origine de la mobilisation « Mouvement Labrune démission ». Les supporters en colère contre la direction de l’OM n’étaient finalement qu’une vingtaine. Dont une partie surtout venue encourager les joueurs pour la reprise de l’entraînement.

Des CRS sur la route de la Commanderie

Deux cordons de CRS bloquaient l’accès au centre Robert Louis-Dreyfus, condamnant les supporters à ruser pour atteindre le portail. « Je suis dégoûté » nous confie Benjamin au téléphone, lui-même incapable d’accéder à la Commanderie. « On ne venait pas pour foutre le bordel, on est pacifistes. » Le jeune homme de 22 ans qui s’attendait à une présence policière mais pas au blocage total, se rassure : « Au moins ça veut dire que Vincent Labrune est au courant, c’est déjà ça. On va se mobiliser encore, assure-t-il, refusant de divulguer les nouveaux modes d’actions, mais plus à la Commanderie, c’est fini ça. »

 

Sur place, les CRS laissent finalement passer la poignée de supporters calmes jusqu’au portail. Le soleil calme les quelques supporters remontés. Tout le monde est plus occupé à chercher un coin d’ombre qu’à scander des slogans.

« Bielsa qui n’est pas là, ce n’est pas bon signe »

 

Charlotte fait partie des plus virulents : « Je suis là pour la démission de Vincent Labrune. Je pense qu’il y a beaucoup de choses qu’on ne nous dit pas. Marcelo Bielsa, qui n’est pas là le premier jour de l’entraînement, ce n’est pas bon signe. Je pense qu’il ne reviendra pas. On veut qu’il reste. Labrune, il faut qu’il parte, pour les les joueurs, on sera toujours là. »

Mika, posé à l’ombre d’un palmier, confirme : « On vient quand même soutenir les joueurs pour la reprise. Ils n’ont rien à voir avec tout ce qu’il se passe. » Mais comme Charlotte, c’est le président qui l’a fait se déplacer jusqu’ici. « Il comprend rien au foot. Je préfererais qu’ils vendent le club, à la limite. On est là, on est présents, on garde Labrune à l’œil. »

« On garde vraiment Labrune à l’œil »

A côté de lui, Séb reprend : « On le garde vraiment à l’œil même. Il manque du monde, ça ne va pas changer grand-chose. La police bloque partout pour rien, on est plus là pour manifester que pour faire des bêtises. Je suis complètement déçu. »


Julien et Samir, drapeau de l’Argentine à la main, ne se réclament « que simples supporters » : « Je ne suis pas d’accord avec la direction mais je ne suis pas là pour manifester. On reste à notre place. J’attends de voir. »

Voyant l’heure tourner (et la fin de l’entraînement approcher), certains se regroupent contre les barrières. Chantant fébrilement à la gloire de Marcelo Bielsa… ou au départ de Vincent Labrune.