Cinq raisons d'affirmer que la pétanque est VRAIMENT un sport

BOULE La 54e édition du Mondial La Marseillaise sera l'occasion de constater, une nouvelle fois, combien la pratique bouliste peut être une discipline de haut niveau...

Caroline Delabroy

— 

Près de 500 tonnes de sable vont être utilisées pour réaliser les terrains du Mondial La Marseillaise.
Près de 500 tonnes de sable vont être utilisées pour réaliser les terrains du Mondial La Marseillaise. — Patrice Magnien/20 Minutes

Les inscriptions pour la 54e édition du Mondial La Marseillaise sont lancées. L’an passé, le célèbre rendez-vous estival avait attiré 4.112 triplettes, venant du monde entier : pour la première fois une équipe 100 % étrangère, venue de Madagascar, s’était d’ailleurs hissée en finale.

Cette année, la compétition aura lieu du 5 au 9 juillet. Si les premières parties illustrent la popularité de la pratique bouliste, le niveau monte d’un cran au fil des heures. Faut-il le rappeler, la pétanque a sa Fédération et ses licenciés sportifs. Bref, c’est un vrai sport. Yves Fouque, dont l'école de pétanque de la Boule Batarelloise (13e) a recueilli cette saison 12 titres de champion départemental, nous en fait la démonstration en cinq points.

1) La concentration

« Il faut en permanence rester concentrer sur le jeu, ne pas s’évader sur ce qui se passe alentour. Il faut toujours observer l'adversaire et analyser la trajectoire de la boule. Si, par exemple, un tireur est à l’aise à six mètres, on va nous l’envoyer plus loin ».

2) L’endurance

« On marche beaucoup, on va, on vient. Toute la journée, on reste en station debout. Un concours comme La Marseillaise, il y a beaucoup d’endurance. Outre l’aspect musculaire, il faut faire attention à ce que l’on mange. En plein soleil, il convient de boire beaucoup d’eau, mais à petite dose ».

3) L’entraînement

« Il consiste en des ateliers, pour travailler les points, les tirs, l’adaptation aux terrains. A Marseille, où les terrains sont généralement de bonne qualité, les jeunes n’ont pas trop l’habitude d’envoyer les boules, ils les font rouler. Alors, on travaille cela en club ».

4) L’attitude sportive

« Quand elle se pratique comme un sport de haut niveau, la pétanque implique une réelle discipline. La veille d’une compétition, il est indispensable de se coucher de bonne heure. Et après une partie, on ne s’épuise pas à arpenter les allées du parc Borély, on s’économise pour le lendemain. Dans la défaite, comme tout sport, il faut savoir rester fair-play avec l’adversaire ».

5) L’esprit d’équipe

« Aux boules, on arrive à rattraper son partenaire de doublette ou de triplette, ou tout du moins à limiter les dégâts. Si vous n'avez pas l’esprit d’équipe, cela ne sert à rien ».