Marseille: Un nouvel appel d'offres pour la SNCM

ECONOMIE Les administrateurs judiciaires pourront relancer un nouvel appel d'offre...

M.P. avec AFP

— 

Un ferry de la SNCM à Marseille
Un ferry de la SNCM à Marseille — FRANCK PENNANT AFP

Le tribunal de commerce de Marseille a rejeté mercredi les trois offres de reprise de la SNCM et a demandé aux administrateurs judiciaires de procéder à un nouvel appel d’offres de reprise. Le tribunal a fixé une nouvelle audience le 25 septembre pour examiner les nouvelles propositions qui lui seront soumises.

Pour la compagnie, la décision du tribunal est la preuve « que les bateaux de la SNCM assureront le service programmé cet été ». « Nous allons continuer, comme nous le faisons depuis des mois, d’assurer la fiabilité et la qualité de service qui peut être celle de la SNCM », indique Olivier Diehl, le président de la SNCM, dans un communiqué.

Pour les syndicats, c'est la preuve que « le tribunal n’a pas cédé aux pressions », notamment de la Commission européenne qui demandait à la France d'accélérer le traitement du dossier et refusait la possibilité d'un nouvel appel d'offre.

Le projet industriel en question

Le groupe Stef, propriétaire de La Méridionale, a salué la « décision courageuse et avisée » du tribunal de commerce. Intéressé par le rachat de la compagnie, il promet de « se mobiliser pour présenter une offre dans les délais fixés (…) en fédérant des acteurs de l’environnement maritime et socioprofessionnel, corse et provençal, ayant marqué un intérêt pour ce dossier. Il s’agit de construire un projet industriel tenant compte des dernières positions connues de la Commission européenne, et avec des engagements financiers fermes et solides permettant une vraie pérennité sociale, industrielle et économique. La nouvelle société dédiée à la Corse, juridiquement indépendante, opérera en relation partenariale étroite avec La Méridionale ». Le groupe détaillera sa position jeudi lors d’une conférence de presse à Marseille.

Menace de liquidation

A l'inverse, l'actionnaire principal de la compagnie, Transdev, a déploré cette décision mettant en garde contre la possibilité d'une liquidation totale de la compagnie. Dans un communiqué, le groupe estime que cette décision «malheureusement repousse une nouvelle fois les échéances auxquelles la SNCM devra inévitablement faire face».

Il précise également qu'il «n'apportera aucune contribution supplémentaire au financement de la SNCM et n'ira pas au-delà des engagements pris à ce jour quant à l'abandon de ses créances et au financement de la restructuration sociale».