Aix-en-Provence: Une enquête préliminaire ouverte sur Sciences-Po

JUSTICE Elle fait suite à l'affaire des formations externalisées...

M.P. avec AFP

— 

Illustration de la justice.
Illustration de la justice. — Josef Horazny/

Le parquet d’Aix-en-Provence a ouvert une enquête préliminaire sur l’affaire des externalisations de diplômes à l’Institut d’études politiques (IEP) d’Aix, qui avait poussé son directeur à la démission. « C’est une enquête assez large, qui touche notamment aux formations externalisées et à d’éventuels faux diplômes », a déclaré la procureure d’Aix-en-Provence Dominique Moyal à Mediapart qui révèle l’enquête judiciaire.

Directeur de l’IEP depuis 2006, Christian Duval avait multiplié, moyennant finances, les partenariats avec des écoles et organismes privés en France et à l’étranger. Ainsi sont nés « Sciences Po Île Maurice », « Sciences Po Réunion », « Sciences Po Arménie » ou encore un accord avec l’Université professionnelle d’Afrique de Kinshasa (RDCongo) qui délivrent un master équivalent à celui des étudiants ayant suivi, après un concours difficile, le cursus à Aix.

« Importants dysfontionnements »

La crise avait démarré en juillet avec la démission de quatre enseignants dont deux élus du conseil d’administration de l’institut à propos de la question des diplômes. Fin septembre, les responsables des six autres Instituts d’études politiques (Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg, Toulouse et Saint-Germain-en-Laye) avaient sommé Christian Duval, de s’expliquer sur cette externalisation, menaçant d’exclure Aix du concours commun d’entrée.

Puis un audit de l’université Aix-Marseille avait pointé « d’importants dysfonctionnements » au sein de l’IEP, notamment sur un des masters délivré par l’établissement, celui dit de « Management de l’information stratégique » et avait poussé Christian Duval à la démission.

Dominique Moyal a également confirmé que les enquêteurs s’intéressent à d’éventuelles irrégularités dans la passation d’un marché public, en l’occurrence celui de la refonte du site Internet de l’IEP. Selon Mediapart, la refonte de ce site aurait coûté « près de 170.000 euros selon plusieurs sources » pour un résultat jugé décevant en interne.