Marseille: Un quart des habitants de la ville est pauvre

SOCIETE Les revenus des 20 % des habitants les plus aisés sont 5,4 fois supérieurs à ceux des 20 % les plus pauvres…

Amandine Rancoule

— 

Marseille le 16 janvier 2011 - La cité Bellevue felix pyat.
Marseille le 16 janvier 2011 - La cité Bellevue felix pyat. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Marseille compte cinq arrondissements, les 1er, 2e, 3e, 14e et 15e, parmi les onze plus pauvres de France. D’après une étude de l’Insee, dévoilée ce mardi, le 3e arrondissement est le plus pauvre des communes de France métropolitaine. Plus d’un habitant sur deux y vit sous le seuil de pauvreté, soit 51,3 % des pesronnes vivant avec moins de 989 euros par mois et par unité de consommation.

« Avant, c’était un quartier populaire, habité par des ouvriers qui travaillaient au port. Ces gens sont partis peu à peu et ont été remplacés par des familles de migrants, comoriens puis maghrébins, qui disposent de très faibles revenus », soulignait le docteur Didier Bueno lors de la sortie de l’étude du Centre d’observation et de mesure des politiques sociales (Compas).

Paca est la quatrième région la plus touchée

La pauvreté et les inégalités salariales croissent avec la concentration urbaine.

 

« A Marseille, le quart des habitants est pauvre », souligne ainsi Marjorie Martin, chargée d’étude à l’Insee et auteur de celle sur la pauvreté. Les revenus des 20 % des habitants les plus aisés sont 5,4 fois supérieurs à ceux des 20 % les plus pauvres. « Marseille juxtapose une population pauvre au nord à une population plus aisée au sud », ajoute-t-elle.

Après la Corse (20,4 %), le Languedoc-Roussillon (19,8 %) et le Nord-Pas-de-Calais (19,3 %). Paca est la quatrième région la plus touchée de France métropolitaine par la pauvreté : 17 % des habitants, soit une personne sur six, vivent sous le seuil de pauvreté. En Paca, elles sont 830.000 personnes dans ce cas. « Les prestataires du chômage, les familles monoparentales et les jeunes sont les plus touchés », selon Marjorie Martin.

764 euros par mois pour la moitié des personnes les plus pauvres

Plus de la moitié des personnes plus pauvres de la région, vit avec moins de 764 euros par mois. C’est tout de même 225 euros de moins que le seuil de pauvreté.

Les données présentées ont été calculées à partir des chiffres de l’impôt sur le revenu de 2012, les derniers disponibles. « La pauvreté est corrélée au chômage, souligne Patrick Redor, le directeur régional de l’Insee. Depuis 2012, le taux de chômage a augmenté depuis 2012, les taux ont dû se dégrader de quelques dixièmes de points supplémentaires ».