Le Piana de La Méridionale à quai au port de Marseille.
Le Piana de La Méridionale à quai au port de Marseille. — MickaÎl Penverne / 20 Minutes

ECONOMIE

Marseille: La Méridionale se branche à quai pour moins polluer

Pour la première fois en France, des navires pourront se connecter au réseau électrique d'un port pendant leurs escales...

La Méridionale abandonne (un peu) le fuel. La compagnie, propriété du groupe STEF, et le Grand port maritime de Marseille (GPMM) ont investi 4,4 millions d’euros pour permettre aux navires de la compagnie de se connecter au réseau électrique quand ils sont à quai. A partir d’octobre, le Piana, le Girolata et le Kalliste n’utiliseront plus leurs groupes électrogènes pour produire l’électricité pendant leurs escales. Ils se brancheront directement sur le réseau du GPMM.

Si le courant de quai se développe en Europe du Nord, c’est la première fois en France et en Méditerranée qu’un tel dispositif de branchement est aménagé dans un port. Il aura fallu sept ans d’études et de négociations pour installer les transformateurs et les câbles nécessaires. Au départ imaginé pour la SNCM, il sera finalement inauguré par la Méridionale qui va bénéficier, en échange, d’un « bonus écologique » (une réduction des droits de port) de 216.000 euros par an.

Le procédé permettra aussi à la compagnie d’économiser du carburant. Ses trois navires consomment chaque année 1 200 tonnes de gasoil à quai. Mais le bénéfice sera surtout environnemental et sanitaire, assurent la Méridionale et le GPMM. Le port enregistre environ 3.000 escales par an. A chaque fois, ces navires rejettent dans l’air plusieurs tonnes de particules fines (PM10), du dioxyde d’azote (NO2), du dioxyde de carbone (CO2) et dioxyde de soufre (SO2).

Le Piana de La Meridionale à quai au port de Marseille. - Mickaël Penverne/20 Minutes

Malgré la proximité de la mer et des vents réguliers, Marseille est la ville la plus polluée de France, selon une étude de l’Institut de veille sanitaire (INVS). La ville affiche, par exemple, une concentration moyenne annuelle de PM10 de 31,8 microgrammes par mètre cube - l’Organisation mondiale de la santé recommande un maximum de 20 microgrammes par mètre cube en moyenne annuelle. L’année dernière, Marseille a enregistré 17 dépassements du seuil d’information à la pollution, contre 15 pour Paris.

Les navires de la Méridionale restent en moyenne 12 heures à quai. En plus de réduire les nuisances sonores, l’arrêt de leurs groupes électrogènes devrait permettre d’éviter l’émission, chaque année, de 7,7 tonnes de particules fines et de plus de 6.800 tonnes de dioxyde de carbone, soit l’équivalent de 3.000 voitures par jour. Plus de 49 tonnes de dioxyde d’azote par an devraient également être éliminées, soit l’équivalent de plus de 65.000 véhicules par jour. Enfin, plus de 4 tonnes de dioxyde de soufre ne seront pas rejetées dans l’atmosphère.

Tout est prêt pour la SNCM

Les escales de la Méridionale représentent environ 20 % des escales totales dans les bassins Est de Marseille. Les bateaux de croisière, de plus en plus grands et de plus en plus gourmands en carburant, ne pourront pas se brancher sur le réseau. Soit parce qu’ils n’ont pas les équipements nécessaires, soit parce qu’ils utilisent une fréquence électrique différente de celle du port (50 Hz). Idem pour les ferries des compagnies algérienne et tunisienne qui réalisent plusieurs rotations hebdomadaires.

Finalement, avec la Méridionale, il n’y a que la SNCM qui réunit les conditions pour pouvoir se brancher (durée et régularité des escales, fréquence identique…). « De notre côté, nous sommes prêts », a lancé mardi Sophie Rouan, chef du département voyageurs-énergie du GPMM. La compagnie un peu moins. Avant que le tribunal de commerce se prononce le 10 juin sur les trois offres de reprise, la CGT a appelé l’ensemble des personnels à observer jeudi un mouvement de grève de 24 heures.