Marseille: La RTM sur la voie des énergies moins polluantes

TRANSPORTS Une climatisation alimentée par du CO2 est testée cet été…

Amandine Rancoule

— 

Marseille le 24 mai 2011 - Illustration sur les bus de la RTM
Marseille le 24 mai 2011 - Illustration sur les bus de la RTM — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

La régie des transports de Marseille (RTM) poursuit sa route vers les énergies vertes. Après avoir testé cet hiver le premier bus 100 % électrique, deux autres bus vont bénéficier cet été d’une climatisation alimentée par du gaz carbonique, premiers véhicules de ce type en France. Le CO2 est utilisé à la place du R134a, un gaz nocif pour la couche d’ozone.

Réduire les émissions

« Il dispose d’un pouvoir de réchauffement global 1.300 fois moins élevé que le R134a », souligne la RTM. A la rentrée, un bilan de cette utilisation sera effectué et éventuellement utilisé dans les 600 bus marseillais. « Nous essayons d’anticiper sur l’interdiction de ce gaz par l’Union Européenne en 2017 pour les voitures particulières dans un premier temps, souligne Pierre Reboud, le directeur général de la RTM. Cette initiative entre dans une démarche globale de renouvellement du parc ». Entre 40 et 50 bus sont changés chaque année. Les nouveaux bus réduisent leurs émissions de particules de 66 % par rapport au parc de 2006.

Vers des bus électriques

« Nous sommes persuadés que la tendance va vers l’électrique », estime Pierre Reboud. Ainsi, la régie a commandé six bus 100 % électriques, « pour tester et également habituer le personnel à cette utilisation ». L’acquisition de deux petits bus, à l’instar de ceux qui ont circulé l’année dernière sur le Vieux-Port, est envisagée. Pour l’heure, seuls quelques constructeurs peuvent fournir des bus 100 % électriques autonomes sur des kilomètres. « Le jour où les grands réseaux comme ceux de Paris ou de Londres s’équiperont, il y aura davantage d’offres et les prix seront plus accessibles », estime le directeur.