OM: La troisième place n’a pas que des avantages

FOOTBALL Les Marseillais viseront cette place samedi...  

Loic Becart

— 

Le milieu offensif de l'OM Dimitri Payet.
Le milieu offensif de l'OM Dimitri Payet. — J.E.E. / SIPA

Samedi soir, l’OM jouera le tout pour le tout contre Bastia au Vélodrome. En cas de victoire et de faux pas de Monaco à Lorient, Marseille montera sur le podium et jouera le troisième tour préliminaire de Ligue des champions. Mais serait-ce une si bonne opération que ça ?

Les points positifs de la troisième place

Un bien fou pour les finances. A la fin de l’exercice 2013-2014, l’OM affichait un trou de 12,5 millions d’euros. Ce mercato, des joueurs comme Gignac ou Ayew partiront gratuitement. La troisième place a donc avant tout un intérêt économique. Elle apporterait plus de revenus en droits télés : en 2014, la troisième place avait rapporté 1,7 millions de plus que la quatrième. De plus, la Ligue des Champions est bien plus lucrative que la Ligue Europa. Une équipe de C1 éliminée en poule avec deux victoires peut gagner plus que le vainqueur final de la Ligue Europa.

La seule récompense d’une saison. Champion d’automne avant de connaître un énorme trou d’air, l’OM n’a plus que cette dernière place sur le podium pour sauver sa saison. « C’est un échec quand on voit nos ambitions d’il y a trois ou quatre mois », relevait Benjamin Mendy après la victoire à Lille. « On peut toujours avoir des regrets, ajoutait André Ayew. On pouvait jouer le titre jusqu’au bout. »

Une géographie plus simple. C’est le mois d’août, le bac est fini depuis longtemps et pourtant il faut déjà se replonger dans une géographie de l’Europe de l’est des plus exotiques. C’est aussi ça, le charme d’une quatrième place et d’un barrage de Ligue Europa. Le podium enlèverait cette révision forcée. Quoiqu’à Marseille, on se souvient assez bien du Mlada Boleslav, qui avait éliminé l’OM en 2006 et avait donné ce moment de radio mémorable.

Pourquoi la troisième place peut être un cadeau empoisonné

Etre prêt très tôt. La saison se termine le 23 juin, l’entraînement reprend traditionnelle fin juin et le troisième tour préliminaire de la C1 a lieu les 4 et 5 août, juste avant la reprise de la L1. Ça donne tout juste un mois pour attaquer un match à gros enjeu et jouer deux rencontres la même semaine.

Avoir l’effectif bâti pour la Ligue des champions. Un effectif jeune avec peu de matchs européens au compteur. Voilà ce à quoi pourrait ressembler l’équipe marseillaise qui se présenterait en début de saison. A moins d’un grand recrutement à l’été, avec des joueurs habitués de ces joutes continentales, l’OM aura du mal à rivaliser avec les autres grandes équipes. « Je voulais que le club ait une équipe plus compétitive l’an prochain pour pouvoir jouer le titre et ce n’est pas assuré », affirmait André Ayew au moment d’annoncer son départ.

Les supporters parisiens sont à l’affût. Si l’OM passe les barrages, la phase de groupe pourrait être délicate. D’autant que la dernière fois que Marseille y est allé, ça s’était très mal passé : zéro point en six matchs. Les supporters de l’OM s’en souviennent douloureusement, ceux du PSG aussi pour vanner leurs rivaux régulièrement.