Polémique autour de tweets du maire de Venelles sur le culte musulman

POLEMIQUE Robert Chardon (UMP) confirme ses propos tenus sur tweeter et s'attend à être exclu du parti...

C.D. avec AFP

— 

Robert Chardon a profité du hashtag ouvert par Nicolas Sarkozy sur Twitter pour accueillir les questions des Français, pour livrer le fond de sa pensée sur la religion musulmane
Robert Chardon a profité du hashtag ouvert par Nicolas Sarkozy sur Twitter pour accueillir les questions des Français, pour livrer le fond de sa pensée sur la religion musulmane — Capture d'écran / Twitter

Le maire de Venelles, Robert Chardon, a répondu à la polémique née de ses tweets appelant à « interdire le culte musulman en France ». Il a en effet confirmé vendredi ses propos, et expliqué s’attendre à être « exclu » du parti dirigé par Nicolas Sarkozy.

« C’est bien moi qui suis l’auteur » de ces tweets, a ainsi déclaré Robert Chardon, qui suit actuellement un traitement pour un cancer. Sur Twitter, jeudi, il avait lancé « #NSDIRECT il faut interdire le culte musulman en France ».

 

 

Le « hashtag » #NSDirect a été lancé sur le compte Twitter de l’ex-président de la République pour inciter les internautes à lui poser des questions auxquelles il devait répondre vendredi matin.

 

Sur son compte, Robert Chardon a répété plusieurs fois son appel à « interdire » le culte musulman en France. Pour lui, « celui qui pratique (doit être) immédiatement reconduit à la frontière », a-t-il répondu à un utilisateur de Twitter qui l’interpellait, appelant à modifier la Constitution pour atteindre son objectif : « Je supprime la loi de 1905 et proclame que la République favorise la pratique de la foi chrétienne ».

« Je compte aller plus loin et me présenter aux régionales et à la présidentielle », a par ailleurs assuré à l’AFP Robert Chardon, annonçant son intention de se présenter à la primaire de l’UMP « si je reste dans le parti ». « Je risque d’être exclu », reconnaît-il : « Dans ce cas, je vais créer un nouveau parti ».