RC Toulon: «On a réussi à se faire passer pour des riches», affirme Mourad Boudjellal

RUGBY Pour le président du RCT, la présence du club dans les sommets ne va pas durer...

Loic Becart

— 

Le président du RC Toulon Mourad Boudjellal.
Le président du RC Toulon Mourad Boudjellal. — JEFFROY GUY / SIPA

Après sa victoire dimanche contre Leinster au Vélodrome en demi-finale de Champions Cup, le RC Toulon va vivre sa septième finale en trois ans (Top 14 et toutes Coupes d'Europe confondus). Difficile de faire mieux pour le RCT qui vise un troisième trophée européen consécutif. Mais pour son président Mourad Boudjellal, tout cela peut s'arrêter très vite.

«Quand tu vois comme c'est dur pour atteindre une finale, on se demande comment on l'a fait sept fois de suite, admet-il dans les colonnes de L'Equipe. En même temps, ça légitime un travail. On est un vrai club. Mais profitons-en, ça ne va pas durer. On vit le meilleur.»

Pour lui, Toulon est une anomalie dans le monde du rugby: «Je suis un "spoutnik", je ne devrais pas exister, quand tu vois les fortunes qu'il y a dans le rugby: Michelin (Clermont), Altrad (Montpellier), Savare (Stade Français), Lorenzetti (Racing-Métro), Fabre (Castres), GL Events (Lyon)... [...] À un moment donné, ces gens vont reprendre le dessus, ou alors ils sont vraiment mauvais. Ça va s'arrêter. On est une anomalie, et en plus on a réussi à se faire passer pour des riches.»