OM-PSG: Les Parisiens de nouveau leaders, Marseille perd encore contre un gros

FOOTBALL Le PSG l'a emporté sur la pelouse du Vélodrome...

Loic Becart

— 

Mendy et Marquinhos au duel lors d'OM-PSG le 5 avril 2015.
Mendy et Marquinhos au duel lors d'OM-PSG le 5 avril 2015. — ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

C’était le match à gagner pour l’OM. Non seulement c’était face à l’ennemi juré parisien, mais en plus il était crucial dans la course au titre. Mais le scénario du match en a décidé autrement: Marseille mène 2-1 à la pause avant de prendre deux pions au retour des vestiaires (2-3). L’OM n’arrive dont toujours pas à gagner contre un gros du championnat.

Paris reste en tête, l’OM traîne encore

Les Parisiens ont repris la tête du championnat vingt-quatre heures après l’avoir perdue. Les hommes de Laurent Blanc ont ravi cette place à l’OL, vainqueur de Guingamp. Le PSG compte ainsi une longueur d’avance sur les Lyonnais et surtout cinq sur l’OM, troisième.

Car les Marseillais sont les grands perdants de l’affaire. Ils marquent le pas dans la course au titre avec ce revers. Marcelo Bielsa et ses joueurs ont surtout une fin de saison plus compliquée que ses concurrents: ils se déplacent à Bordeaux et Nantes, reçoivent plus tard Monaco. Les Monégasques sont justement trois points derrière l’OM, en ayant un match en moins. Il va maintenant falloir cravacher pour garder cette place synonyme de Ligue des champions.

Un Marseillais dans le match: Gignac, l’expérience en plus

Marcelo Bielsa avait fait le choix de l’expérience en choisissant d’aligner en attaque André-Pierre Gignac, plutôt que le jeune Belge Michy Batshuayi, pourtant très en forme. Bien lui en a pris. Dès le coup d’envoi, l’avant-centre français va presser trop vite les Parisiens, obligeant l’arbitre à donner un deuxième coup  de sifflet de départ.

Surtout, Gignac a marqué les deux premiers buts de l’OM cette saison face aux trois autres gros du championnat. Il tombe d’abord Sirigu de la tête sur un centre de Payet (30e), puis une seconde fois dans un face-à-face (43e). Il porte à 18 son total de buts inscrit en L1 cette saison et montre à Batshuayi qu’il faudra encore attendre pour le détrôner définitivement de sa place de titulaire.

Un Parisien dans le match: Zlatan, presque sans le faire exprès

Ça ne pouvait être qu’une invention made in Zlatan. Sans presque rien faire, le Suédois a été impliqué sur deux buts de son équipe, en début de deuxième mi-temps, qui ont changé le cours du match.

A la 49e minute, il glisse au moment de frapper un coup-franc. Pas grave, avec cette mauvaise frappe le ballon peut traîner aux six mètres et Marquinhos peut marquer. Bis repetita deux minutes plus tard: Ibrahimovic est au duel avec Jérémy Morel à la réception d’un centre et contraint le pauvre défenseur olympien à marquer contre son camp. Presque sans rien faire on vous dit.