OM-PSG: «Si on me dit tu perds contre Paris et tu es champion, je signe», affirme André Ayew

FOOTBALL Le Classique de dimanche est capital dans la course au titre...

Loic Becart

— 

André Ayew, buteur contre Lens au stade de France le 22 mars 2015.
André Ayew, buteur contre Lens au stade de France le 22 mars 2015. — J.E.E. / SIPA

Le choc OM-PSG de dimanche aura une saveur encore plus particulière. Outre la fameuse et chaude rivalité sportive entre les deux équipes, le match sera un tournant dans la course au titre, les deux équipes se tenant en deux points. Evidemment, la tension risque d'être encore plus grande côté marseillais.

«Avec le temps, j'ai compris qu'on ne pouvait pas prévoir comment va se passer ce match, assure André Ayew dans L'Equipe de ce mercredi. Paris est le favori du championnat, mais on va jouer avec nos armes, pour le bousculer. On progresse mentalement, physiquement, on ressent qu'il y a de l'envie. On va tout faire pour gagner mais, même en cas de défaite, on ne lâchera pas. D'ailleurs, si on me dit, tu perds contre Paris et tu es champion, je signe. Sur le coup, ça ferait mal mais il ne faut pas se tromper d'objectif. On est en course pour être champions. Et le championnat commence maintenant.»

L'OM a aussi une mauvaise passe à arrêter: Marseille est sur sept défaites et un nul sur des dernières confrontations avec Paris. «Il faut stopper la série, lâche André Ayew. Car si le Classique est important pour le championnat, il y a aussi le côté ego, le côté supporters. Et là, c'est encore plus important. Car, quoi qu'il arrive dimanche, mathématiquement, ce ne sera pas fini.»