Le Mouvement démocrate phocéen naît divisé

©2007 20 minutes

— 

Le même parti, mais pas les mêmes amis. Hier, Jacques Rocca Serra, adjoint UDF au maire de Marseille a approuvé la création du Mouvement démocrate (MD) lancé par François Bayrou. De son côté, Christophe Madrolle, président du groupe Verts au conseil municipal, a renouvelé son souhait, exprimé mercredi, de rejoindre le MD. « Il faut faire bouger les lignes. Je veux que l'on construise une nouvelle majorité pour résister à l'hégémonie de l'UMP », lance l'élu écologiste. « Je ne suis pas rigide, confie Jacques Rocca Serra. Je peux travailler avec la gauche, Madrolle est bouillonnant. »

Mais si tous deux semblent d'accord sur le principe, la pratique s'avère difficile. Au conseil municipal, Christophe Madrolle souhaite demeurer dans l'opposition. « La ligne de Bayrou, c'est l'autonomie. Le Mouvement démocrate ne peut pas rester dans les pas de Gaudin », tranche l'élu. Vision opposée chez les élus UDF : « Nous allons continuer dans le sens du pacte municipal signé avec Jean-Claude Gaudin il y a six ans », assure le conseiller municipal Yves Moraine. Pour les législatives, l'attelage au centre semble aussi difficile. Candidat des Verts dans la 5e circonscription des Bouches-du-Rhône, Christophe Madrolle entend remporter le soutien, voire l'investiture du Mouvement démocrate. « On peut même imaginer un accord MD-PS-Verts dans le département », estime-t-il. « On est prêt à faire de la place, mais il faut respecter les équilibres, rétorque Jacques Rocca Serra. Je ne vois pas comment quelqu'un investi par les Verts peut l'être ensuite par le Mouvement démocrate. Et nous avons déjà une candidate. »

triste « Je ne peux qu'être attristée par une telle décision », réagissait hier Marianne Moukomel-Clarté, secrétaire départementale des Verts, après l'annonce du ralliement du conseiller régional Jean-Luc Bennahmias à François Bayrou. « Quand on fait 1,5 % des voix, on peut se poser des questions. Mais moi, je reste patiente au sein des Verts », affirme l'écologiste. Selon elle, « quelques dizaines de militants » dans le département pourraient suivre Bennahmias.