Marseille: Soixante «départs volontaires» à La Provence

MEDIAS Une quarantaine de journalistes ont déjà quitté le quotidien en 2014...

20 Minutes

— 

Le siège du journal La Provence à Marseille.
Le siège du journal La Provence à Marseille. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Après La Marseillaise, Marsactu et le Ravi, c’est au tour de La Provence de connaître des difficultés. Un plan de sauvegarde prévoyant une soixantaine de départs a été présenté mercredi devant un comité d'entreprise (CE) extraordinaire du quotidien.

Ces «50 départs (doivent permettre) de sauver 900 emplois», affirme Claude Perrier, le PDG du groupe. Nous allons rentrer dans des discussions pendant deux mois pour faire du groupe La Provence un groupe plurimédia» en développant notamment le Web, l'événementiel et la télévision.

Selon Le Monde, ce plan de départs volontaires devrait s’accompagner de la fusion de plusieurs éditions locales, notamment dans le Vaucluse, autour de l’étang de Berre et du côté de La Ciotat. Une hausse du tarif de vente du journal est également à l’étude.

La presse marseillaise en crise

Depuis 2010, le quotidien a perdu 17% de ses lecteurs et 14% de ses recettes publicitaires. Une quarantaine de journalistes ont déjà quitté le quotidien en 2014, après le rachat du quotidien par Bernard Tapie.

Trois titres de presse sont actuellement en difficulté à Marseille. La Marseillaise et le mensuel Le Ravi ont été placés en redressement judiciaire. Le quotidien sera fixé sur son sort le 7 avril. Deux offres de reprise ont été déposées mais jusqu’à présent, les banques ne suivent pas. Le journal risque la liquidation.

De son côté, Marsacu a été placé en liquidation judiciaire début mars. Les anciens journalistes du site ont déposé une offre de reprise au tribunal de commerce. Le délibéré sera rendu la semaine prochaine.