Marseille: Le Front national espère «frapper très fort» dans les Bouches-du-Rhône

DEPARTEMENTALES Le parti sera présenté au second tour dans les 28 cantons du départements...

Mickael Penverne

— 

Marine Le Pen à Marseille le 18 mars, entourée de Stéphane Ravier (gauche) et d'Adrien Mexis (droite).
Marine Le Pen à Marseille le 18 mars, entourée de Stéphane Ravier (gauche) et d'Adrien Mexis (droite). — MickaÎl Penverne / 20 Minutes

Le Front national est le grand vainqueur du premier tour des élections départementales. Le parti arrive en tête dans 15 cantons et sera présent partout au second tour. Une situation inédite.

«Même dans les terres de mission, comme à Aix-en-Provence, Catherine Rouvier dépasse toutes nos espérances en faisant 25% des voix», se frotte les mains Adrien Mexis.

Le FN rêve d'emporter le département

Dans son canton d’Istres, le chef de file du FN pour les départementales obtient un peu plus de 38% des suffrages – contre 39% pour le socialiste René Raimondi. Adrien Mexis pense pouvoir rattraper son retard grâce au report des voix des abstentionnistes, des électeurs de l’UMP et même du Front de gauche. Mais devant les bons résultats de dimanche, le conseiller municipal d’Istres va encore plus loin. Il pense que le Front national est capable de «frapper très fort» dimanche en emportant la majorité dans les Bouches-du-Rhône.

Selon lui, les cantons d’Arles, Berre, Châteaurenard, Gardanne et ceux Marseille 3, 4, 5, 6 et 8 sont «déjà pliés». Quant aux cantons d’Istres et de Marseille 7, ils sont «gagnables». Bref, la majorité se jouera à deux ou trois cantons.

«L’UMP déclare partout qu’elle a déjà gagné mais il faudrait qu’elle se calme un peu, indique-t-il. On peut atteindre la majorité ou en être, en tout cas, très proche. C’est tout à fait possible». Si Adrien Mexis est élu dans son canton, c’est lui qui représentera le Front national à la présidence du Conseil départemental qui pourrait intervenir dès le 2 avril.