Marseille: Une mosquée murée provoque l'émoi des fidèles

SOCIETE La mosquée El Taqwa, située à côté de la Porte d'Aix, était en rénovation depuis plus d'un an...

Mickael Penverne

— 

La mosquée El Taqwa, avenue Camille Pelletan, a été murée.
La mosquée El Taqwa, avenue Camille Pelletan, a été murée. — Mickaël Penverne / 20 Minutes

C’est la plus ancienne mosquée de Marseille, peut-être même de la région PACA. Elle a été inaugurée en 1975, «par Gaston Deferre lui-même», indique Moussa Bouzenzen. Mais quand ce commerçant de prêt-à-porter de l’avenue Camille-Pelletan (3e) voit ce qu’est devenu ce lieu de culte ce mercredi, les larmes inondent immédiatement son visage. «Cela fait 35 ans que l’on y va. Mes enfants ont grandi dedans. On a tous nos souvenirs là-bas, sanglote-t-il. Ça fait vraiment mal».

Situé à quelques mètres de la Porte d'Aix, la mosquée El Taqwa est l’objet d’un bras-de-fer entre les membres de l’Association cultuelle islamique de Marseille. Les partisans de l’ancien président de l’ACIM Mohand Alili (décédé en 2013) et les nouveaux dirigeants de l’association, Moussa Bouzenzen et Amar Tazir, se disputent la gérance de ce lieu de culte depuis plusieurs années. Au terme d’une longue bataille juridique, la justice a estimé, en août, que ces derniers n’avaient pas le droit d’occuper le bâtiment et a ordonné leur expulsion.

Le couperet est finalement tombé mardi matin. L’entrée du bâtiment a été entièrement murée, sous les yeux des fidèles - et la protection des forces de l’ordre. Vingt-quatre heures après la pose de ces parpaings, le quartier est encore sous le choc. «Nous sommes tous malheureux, gémit Moussa Bouzenzen. On a mis toute notre énergie. On voulait faire quelque chose de propre et de net. C’était presque fini, et voilà où on en est…» Fermée officiellement depuis 2002, la mosquée El Taqwa était en rénovation depuis plus d’un an.

Nouveau recours

Les travaux devaient s’achever dans quelques semaines. Le nouveau lieu de culte, qui aurait dû ouvrir ses portes en juin, devait occuper les 4 étages de l’immeuble et accueillir entre 1.500 et 2.000 fidèles. Il devait proposer plusieurs salles de prière pour les hommes et les femmes, une école et une bibliothèque. La façade de l'immeuble devait également être restaurée. Selon Amar Tazir et Moussa Bouzenzen, les opérations de rénovation, estimées à deux millions d’euros, ont été financées par les fidèles.

«On a voulu faire un lieu digne de ce nom. Pour que les gens fassent leur prière en respectant la loi, et pas dans la rue comme avant, indique Amar Tazir dans sa boutique de téléphonie. On a récolté de l’argent, on a lancé des travaux, avec un architecte et un bureau de contrôle. Et puis un jour, sans nous avertir, on vient murer notre mosquée, comme ça, à 6h du matin?» Avec Moussa Bouzenzen, il promet de continuer la bataille juridique avec un nouveau recours, en appel.

En attendant que la justice se penche une nouvelle fois sur cette affaire - et que la grande mosquée de Marseille voit le jour, les fidèles de la porte d’Aix se rassemblent dans un local prêté par Euromed, avenue Camille-Pelletan.

Les fidèles de la porte d'Aix vont prier dans à la mosquée El Taqwa - Mickaël Penverne / 20 Minutes