Marseille: «Monsieur D», le patient en psychiatrie ingérable

SOCIETE Le syndicat Sud demande le départ de Sainte-Marguerite de ce patient de 2 mètres pour 140 kilos...

A.R.

— 

L'hôpital de la Timone (10e) à Marseille.
L'hôpital de la Timone (10e) à Marseille. — p.magnien / 20 minutes

C'est un patient particulier. Baptisé «Monsieur D» pour ne pas le nommer, cet homme fait parler de lui depuis plus d'une dizaine d'années. Et pour cause. Il est connu des services psychiatriques pour être particulièrement violent.

Actuellement hospitalisé à l'unité psychiatrique Sainte Marguerite (9e), l'homme de 2 m pour 140 kilos a agressé vendredi soir une aide soignante, transférée en urgence à la Timone (10e).  «C'est un patient qui venait des Baumettes. Il a d'abord cassé des installations, puis s'en est pris au personnel, indique-t-on à l'AP-HM. Des renforts d'autres services, les vigiles et la police sont intervenus.» Trois semaines avant, un infirmier a déjà eu des côtes cassées. Un comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail doit se dérouler mardi matin sur le cas de «Monsieur D».

«Il a de grandes capacités physiques»

«L'émotion est grande, nous avons deux accidents du travail et quatre arrêts maladies de personnels choqués, indique Gérard Avena, infirmier psychiatrique et membre du syndicat Sud Santé. Il a de grandes capacités physiques auxquelles nous n'avons pas les moyens de nous opposer. Il faut qu'il parte.»

En 2008, deux experts ont été mandatés pour trouver une solution à la prise en charge de ce «Monsieur D». Il avait été convenu qu'il change régulièrement d'hôpital. «Nous voulons que cette solution soit à nouveau adoptée, précise Gérard Avena. Tous les six mois, il doit être transféré dans un autre hôpital.»

Un transfert à Montfavet envisagé

En 2003, après une grève dans le service psychiatrique de la Timone pour demander le départ de ce patient, onze postes avaient été créés. Cinq ans plus tard, le personnel du même hôpital avait encore entamé une grève illimitée pour montrer à nouveau leur refus de l'hospitaliser.

A l'époque, l'AP-HM avait proposé que «Monsieur D» soit hospitalisé dans une unité pour patients difficiles de l'hôpital Montfavet, dans le Vaucluse. C'est aussi la solution envisagée aujourd'hui. L'hôpital voudrait «organiser son transfert», mais reste dans l'attente d'une «place libre à Montfavet».