PACA: Quelle décision prendraient «les Franco-algériens en cas de guerre», se demande Jean-Marie Le Pen

POLITIQUE Le président d'honneur du FN rebondit à sa manière sur les attentats de Copenhague...

20 Minutes

— 

Jean-Marie Le Pen, à son domicile à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine), le 3 octobre 2012.
Jean-Marie Le Pen, à son domicile à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine), le 3 octobre 2012. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Candidat aux élections régionales en PACA, Jean-Marie Le Pen était en meeting dimanche aux Pennes-Mirabeau. L'occasion était trop belle pour le président d'honneur du FN pour rebondir sur les attentats de Copenhague. «On essaie de nous faire croire que c'est le fait de fous auto-radicalisés, qu'il n'y a pas de lien avec l'immigration et l'islam. Tout cela est faux», affirme-t-il, dans des propos relayés par le quotiden La Provence.

Le leader frontiste enchaîne en posant la question de la double nationalité. «Ces assassins ne l'étaient-ils pas? L'être, c'est avoir le choix de la double trahison», lance-t-il avant de se demander quelle décision prendraient «Franco-algériens en cas de guerre. Vue leur attitude dans les matchs de football».

D'après la police danoise, l'auteur présumé des attentats de Copenhague était un jeune homme de 22 ans né au Danemark.