Marseille: Les activités périscolaires, payantes, seront décalées aux mardis et jeudis

EDUCATION La ville va proposer aux conseils d'écoles, puis au Recteur, une nouvelle organisation...

Amandine Rancoule

— 

Illustration d'école élémentaire.
Illustration d'école élémentaire. — SERGE POUZET/SIPA

La ville de Marseille va présenter une nouvelle organisation du temps scolaire aux conseils d'écoles. Exit les activités périscolaires le vendredi après-midi, inadaptées au rythme de l'enfant. «Jusqu'au lundi matin, se déroulent 61 heures sans enseignements, c’est trop long mais nous voulons conserver les 3 heures d'activités périscolaires qui laissent plus de temps que les 45 minutes» de la réforme Peillon, souligne Danièle Casanova, l'adjointe à l'Education.

Les mardis et jeudis après-midi

La ville propose donc de mettre les activités périscolaires les mardis après-midi ou les jeudis après-midi et de diviser les secteurs de la ville en deux. «Par exemple dans le 1er secteur, les écoles du 1er arrondissent auront les activités le mardi après-midi et les écoles du 7e arrondissement le jeudi après-midi», précise l'adjointe à l'Education. Ce système permettrait d'embaucher 1.500 animateurs qui tourneraient toujours dans les mêmes écoles, au lieu de 3.000 actuellement.

Des activités payantes

Autre changement: les activités vont devenir payantes. «La participation des parents sera limitée à 2 euros par semaine, avec la mise en place d'un demi-tarif voire d'une gratuité totale pour les familles modestes, selon le barème applicable en matière de restauration scolaire», d'après la délibération soumise au vote lundi en conseil municipal.

Cette année, seulement 30.000 enfants sur 71.000 écoliers participent aux activités périscolaires. «Payer les activités n'aura aucune incidence sur la fréquentation des activités périscolaires, assure Danièle Casanova. La faible participation aux activités vient de la grève des cantines», ajoute l'élue. «Une grève irresponsable et inacceptable qui met les familles en difficulté», estime Yves Moraine, le chef de la majorité au conseil municipal.

Depuis la rentrée, la CGT mène une grève de 1 heure par semaine le vendredi à l'heure de la cantine. Le syndicat proteste notamment contre le faible taux d'encadrement des enfants. Il est de 3.150 agents pour 74.000 enfants, soit un agent pour 23 enfants environ. «Chaque jour, il y a 30 à 40 % d'absentéisme des agents, dénonce Danièle Casanova. Et la CGT demande des choses impossibles, comme l'exonération de la cantine pour leurs enfants».

Réponse fin avril

Le résultat de la consultation des conseils d'école sur cette nouvelle organisation est prévu le 20 mars. Après une présentation au conseil municipal du 16 avril, le projet sera envoyé au recteur.

Si les conseils d'école rejettent la proposition de la ville ou si le recteur ne l'approuve pas, le décret Peillon sera finalement appliqué, soit cinq matinées de classe du lundi au vendredi et quatre après-midi (lundi, mardi, mercredi et vendredi) avec une sortie à 15 h 45. Et donc des activités périscolaires de 45 minutes jusqu'à 16h30.

MANIFESTATION

Un rassemblement des parents d'élèves est prévu lundi matin devant le conseil municipal. Ils protestent contre la mise ne place «chaotique» des rythmes scolaires et la proposition de faire payer les activités périscolaires.