Marseille: Il en avait marre d'être «l'Arabe de service» à l'UMP, l'élu municipal rejoint le FN

POLITIQUE Karim Herzallah et Caroline Gallo rejoignent le maire de secteur (FN) Stéphane Ravier...

Mickael Penverne
— 
Stéphane Ravier, maire du 7e secteur.
Stéphane Ravier, maire du 7e secteur. — P.Magnien / 20 Minutes

Il en avait marre de «faire l’Arabe de service». Alors Karim Herzallah, 49 ans, conseiller d’arrondissement UMP dans le 13/14e arrondissement, a décidé de rejoindre la majorité Front National de la mairie de secteur. Cela faisait pourtant 30 ans qu’il militait à droite.

Après avoir participé à la marche pour l'égalité et contre le racisme en 1983, il intègre le mouvement France Plus, puis le RPR et enfin l’UMP. «J’ai toujours été un militant de base, avec un parcours associatif en parallèle, explique-t-il. Puis un jour, j’ai décidé de m’engager».

Il est élu en mars 2014 dans le 13/14 aux côtés de Richard Miron et de Monique Cordier. Mais à l’entendre, l’ambiance se dégrade très vite. «J’ai entendu des propos sur les musulmans qui me déplaisaient, assure-t-il. Et puis, mes relations avec Miron ne se sont pas améliorées. Je me sentais exclu. Il ne m’impliquait dans rien».

«L'Arabe de service»

Après plusieurs contacts avec les militants du FN, il rejoint la majorité de Stéphane Ravier. « Si je suis encore l’Arabe de service, au moins, je l’aurai choisi, sourit-il. Mais je sais que ces gens ne fonctionnent pas comme ça. Ce qui m'a séduit chez eux, c'est l'engagement de proximité».

Il explique ne «pas être choqué» par la préférence nationale prônée par le FN ni par les propos racistes tenus par certains membres du parti. «Vous savez, l'homophobie ou le racisme, ce n'est pas l'exclusivité du Front national, répond-il. Je me souviens encore des pains au chocolat de Jean-François Copé ou encore des Auvergnats de Brice Hortefeux».

Karim Herzallah n’est pas le seul à avoir franchi le rubicond. Caroline Gallo, également conseillère d’arrondissement UMP, a décidé elle aussi de rejoindre la majorité frontiste. «Je n’ai rien à leur donner, rien à leur proposer, assure Stéphane Ravier. Ils rejoignent une majorité où tous les sièges de délégués et d’adjoints sont pris et où tous les candidats sont déjà investis».

«Deux gobies»

Interrogé sur France Bleu Provence sur cette double «prise de guerre» à un mois des élections départementales, le maire (UMP) de Marseille Jean-Claude Gaudin s’est d’abord agacé: «Ça ne compte pas! Rien du tout!» Avant d’admettre: «Évidemment, le Front national, c’est un danger pour nous. C'est un adversaire pour nous».

Pour Richard Miron, cette défection est «un non-événement»: «Ravier a choppé deux gobies, ironise-t-il. Il a pris deux petits poissons qu'on ne peut pas manger et qui ne servent à rien. Personne ne les connaissait il y a trois jours. Et personne ne les connaîtra dans trois jours».

>> Retrouvez ici la vidéo de Brice Hortefeux sur les «Auvergnats»