VIDEO. Marseille: Aucune interpellation après les tirs à La Castellane

FAITS DIVERS Un groupe de jeunes armés aurait tiré plusieurs rafales au cœur de la cité. Les policiers ont mis la main sur 7 kalachnikovs et 20 kg de drogue...

M.P et A.R

— 

Les forces de l'ordre investissent la cité de la Castellane après des tirs d'armes automatiques dans la matinÈe. Lancer le diaporama
Les forces de l'ordre investissent la cité de la Castellane après des tirs d'armes automatiques dans la matinÈe. — Amandine Rancoule / 20 Minutes

Des tirs de kalachnikov ont été entendus ce matin à la cité de la Castellane, dans le 16e arrondissement de Marseille. Ce sont des riverains qui ont appelé la police. Ils ont déclaré avoir entendu plusieurs rafales d'armes automatiques.

Selon France Bleu Provence, ces tirs auraient visé une patrouille de police.

 

Une source policière précise que Pierre-Marie Bourniquel, directeur départemental de la sécurité publique, accompagnait une patrouille de la BAC (brigade anticriminalité) quand ils ont entendu à la radio que plusieurs rafales avaient été tirées à La Castellane. Immédiatement, ils se sont rendus sur place et c'est en arrivant qu'ils ont «essuyé» des tirs. Personne n'a été blessé.

Selon les forces de l'ordre, il y aurait eu un regroupement d'individus au cœur de la cité, un des quartiers les plus enclavés de la ville. Une habitante du quartier confirme avoir vu plusieurs jeunes tôt ce matin avec des cagoules et des gilets bleus en bas des tours. «Ils étaient armés et j'ai l'impression qu'ils se tiraient dessus», indique-t-elle à 20 Minutes. Un de ses voisins précise qu'il y avait une quinzaine de jeunes au moins, armés et «habillés comme des policiers».

Aucun blessé n'est à déplorer, pour l'instant. Selon les policiers, cela ressemble à une «expédition punitive» contre un des plants stups de la tour K, la plus haute de la cité. David-Olivier Reverdy, du syndicat Alliance, cité par RTL, indique qu'il pourrait avoir un lien entre cette fusillade et le procès aux assises d'Eddy Tir, le benjamin d'un clan marseillais, qui devait comparaître pour le meurtre de Kamel El Mehli assassiné en décembre 2011 au pied d'un immeuble de la Castellane. Son procès, qui devait s'ouvrir ce matin à Aix-en-Provence, a été renvoyé.

La cité est entièrement bouclée depuis plusieurs heures. Les hommes de la Sécurité publique ont reçu en fin de matinée le renfort du GIPN (groupement d'intervention de la police nationale). Vers midi, ces hommes, lourdement armés, sont entrés dans la cité appuyé par un hélicoptère qui survole le quartier. Ils en sont ressortis quelques minutes plus tard. Ils sont entrés une deuxième fois dans la cité vers 13h. Une quinzaine de camions de CRS ont pris dès lors position aux abords du quartier avant de commencer à faire mouvement autour de la cité vers 14h.

La tension est très forte dans la cité. Plusieurs bâtiments accueillant du public ont été fermés comme La Poste et l'école André Barnier. Les enfants sont confinés à l'intérieur et de ne ressortent qu'au compte-gouttes. Plusieurs parents, très inquiets, se sont rassemblés devant le portail de l'établissement et réclament qu'on les fasse sortir.

Une mère de famille témoigne avoir entendu tôt ce matin plusieurs rafales de tirs. Venue chercher sa fille à l'école, elle a trouvé portes closes et attend que les policiers la laissent passer. «D'habitude, ils font ça vers 10 ou 11 heures du soir, s'énerve une autre habitante du quartier. Maintenant, c'est pendant la journée».

Présent sur place, le député (PS) de la circonscription Henri Jibrayel réclame un «plan d'urgence pour La Castellane»: «Cette cité est à l'abandon depuis des années, a-t-il déclaré. Nous sommes dans un état de non-droit. Il est temps d'éradiquer les trafics qui viennent par go-fast ou qui viennent du port».

La cité de la Castellane, qui a vu grandir Zinédine Zidane, est l'une des plus pauvres de la ville. Avec ses nombreux points de vente à ciel ouvert, elle est aussi considérée comme un «supermarché» de la drogue.

Sur Twitter, la maire du 15/16e arrondissement, Samia Ghali évoque un «état de siège».

 

La sénatrice socialiste s'était fait remarquer en réclamant l'intervention de l'armée dans les cités pour endiguer les trafics de drogue et diminuer les règlements de compte.

 

Samia Ghali réclamait encore dimanche dans les colonnes de 20 Minutes le déploiement de caméras de vidéosurveillance dans les quartiers Nord, notamment aux abords des écoles.

>>> Retrouvez ici l'intégralité de son interview.

L'adjointe au maire chargée de la sécurité, Caroline Pozmentier, arrivée sur place au début de l'après-midi, a indiqué que «nous sommes convaincus à 99,99% qu'il s'agit d'une affaire sur fond de trafic de drogue et de règlement de compte (...). C'est une guerre de territoire».

Il y a quelques semaines, la mairie de Marseille a annoncé que la police municipale allait être armée «en fonction de ses missions». Jusqu'à présent, Jean-Claude Gaudin y était opposé par crainte notamment des bavures.

>>> Retrouvez ici l'article sur l'armement de la police municipale.

Manuel Valls doit se rendre à Marseille cette après-midi avec le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve et Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l’Éducation. Le Premier ministre doit dresser le bilan des zones de sécurité prioritaire et de l'approche globale mise en place dans les quartiers sensibles de la ville.

Alors que les opérations de police étaient toujours en cours, la députée UMP des Bouches-du-Rhône, Valérie Boyer, lançait déjà une polémique sur la politique de sécurité du gouvernement à Marseille.

 

Selon Bernard Cazeneuve, les forces de l'ordre ont découvert une cache d'armes à l'intérieur de la cité avec 7 kalachnikovs ainsi qu'une vingtaine de kilos de drogue. Des empreintes et des traces d'ADN ont également été découverts, a précisé le ministre de l'Intérieur. Ce qui va permettre l'arrestation de ceux qui sont à l'origine du trafic».

«Plus nous allons démanteler des réseaux, plus les gens vont essayer de se battre pour garder territoire», a-t-il conclu.