OM: Ces mauvais comportements qui peuvent coûter cher à l'OM

FOOTBALL L'altercation entre Dimitri Payet et Florian Thauvin ainsi que le coup de poing de Mario Lemina ont marqué Rennes-OM, samedi...

Loic Becart

— 

Florian Thauvin au duel avec Cheick Mbengué lors de Rennes-OM, le 7 février 2015.
Florian Thauvin au duel avec Cheick Mbengué lors de Rennes-OM, le 7 février 2015. — JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Parmi les points négatifs à retenir du Rennes-OM de samedi (1-1), il y a bien sûr le fait que l'OM n'arrive toujours pas à gagner à l'extérieur mais aussi certains comportements qui interpellent. Parmi ceux-là, le coup de poing de Mario Lemina, adressé au Rennais Toivonen, lui valant d'être exclu à la 83e minute.

Interrogé après le match sur cette expulsion, Marcelo Bielsa est resté fidèle à sa doctrine: «Je ne parle jamais des décisions arbitrales. Je les accepte tout en prenant en compte qu’il peut y avoir des erreurs puisqu’il s’agit de décisions humaines.» C'est le troisième carton rouge reçu par les Marseillais cette saison. Le Marseillais s'est ensuite excusé sur Twitter, reconnaissant qu'il avait «fait une erreur».

L'autre comportement négatif marquant, c'est bien sûr l'altercation de Florian Thauvin avec ses coéquipiers Dimitri Payet et Gianelli Imbula. Après la rencontre, Payet et Bielsa ont dédramatisé l'épisode, alors que Thauvin a choisi de garder le silence en zone mixte. Déjà en décembre, Florian Thauvin avait paru très agacé après avoir été remplacé contre Metz, quittant le stade très vite après le match. «Il n'y a pas de problème avec Florian», assurait alors Marcelo Bielsa.

Nerveux mais orgueilleux

La nervosité gagne en tout cas les rangs marseillais. Lors de sa fameuse conférence de presse durant laquelle Marcelo Bielsa s'est emporté à propos de Doria, El Loco l'a admis: «En ce moment, je suis plus nerveux que d'habitude. Je sais que je ne devrais pas l'être.»

Sur le terrain, les Marseillais tiennent en tout cas à signaler un comportement positif: l'orgueil. Ils ont su revenir après avoir été mené au score puis ont résisté à dix contre onze dans les dernières minutes. «Même à dix, on s'est créé quelques situations et on aurait pu l'emporter, retient le capitaine Steve Mandanda. On est dans une période compliquée à l'extérieur mais on se rend compte que le groupe a du caractère et qui a envie de renverser cette situation.»