Marseille: Pour Ludovic Turac «cette étoile ne va rien changer, même pas les prix»

GASTRONOMIE A 26 ans, le chef marseillais est le plus jeune étoilé de France...

Propos recueillis par Amandine Rancoule

— 

Marseille le 3 FEVRIER 2015 Ludovic Turac, le chef de «Une table au Sud» décroche sa première étoile.
Marseille le 3 FEVRIER 2015 Ludovic Turac, le chef de «Une table au Sud» décroche sa première étoile. — Amandine Rancoule / 20 Minutes

A 26 ans, Ludovic Turac, l'ancien candidat de Top Chef et chef de «Une table au Sud» sur le Vieux-Port, a décroché une première étoile au guide Michelin.

Vous espériez cette étoile?

Dire que je ne la voulais pas, ce serait mentir. J'y croyais bien sûr mais je ne pensais pas que ça allait arriver aussi vite. Quand j'ai repris le restaurant l'année dernière, je m'étais fixé cet objectif. Mais je m'étais donné jusqu'en 2016 pour l'atteindre.

Comment l'avez-vous appris?

Vendredi soir, on avait fini le service et comme tous les soirs après le service, je me suis installé au salon pour boire un thé. Et puis le téléphone a sonné. Il était 23h07. Mon épouse a décroché, c'était une femme. Elle a demandé à me parler en disant que c'était personnel. En fait, c'était Juliane Caspar, la rédactrice en chef du guide Michelin. Elle m'a annoncé qu'on avait obtenu une étoile. J'ai tremblé, j'avais les larmes aux yeux, j'ai pris ma femme dans les bras et puis je suis allé le dire à mon équipe. Parce que c'est un travail d'équipe.

Votre expérience dans l'émission Top Chef vous a-t-elle servi?

C'était génial. Je suis allé jusqu'en quart de finale. En 2011 j'étais le second de Lionel Levy. Quand il est parti de «Une table au Sud», il est parti avec son étoile. Car l'étoile appartient à un chef.

Qu'est-ce que cette étoile va changer?

Je suis du genre à me remettre sans arrêt en question et c'est ce que je vais faire en allant toujours chercher le meilleur produit, la meilleure cuisson, la meilleure saveur. Sur ma carte, cette étoile ne va rien changer, même pas les prix.

Quels sont vos projets?

D'abord, je vais travailler pour maintenir cette étoile. En 2014, les enquêteurs du Guide Michelin sont venus manger trois fois. Parfois, ils s'annoncent avant le repas, parfois après ou alors jamais. Chez nous, ils ne se sont jamais annoncés. Ils peuvent revenir aujourd'hui, demain. En ce qui concerne mes autres projets, je préfère garder le secret.