Marseille: Le palais de justice Monthyon retrouve sa lumière

JUSTICE La restauration du palais de justice Monthyon s'achève. Le bâtiment ouvrira ses portes début mars...

Mickael Penverne

— 

Le palais de justice Monthyon après deux ans de travaux. Lancer le diaporama
Le palais de justice Monthyon après deux ans de travaux. — MickaÎl Penverne / 20 Minutes

Après deux ans de travaux, le palais de justice Monthyon va bientôt ouvrir ses portes. Le bâtiment, dessiné par Auguste Martin et construit entre 1856 et 1862, avait besoin d’un sérieux lifting. Il ne répondait plus aux normes de sécurité et d’électricité ni aux exigences d’accès, de confort et de fonctionnalité. Plus grave, avec la construction du parking souterrain, situé juste au-dessous, le palais de justice s’est affaissé provoquant de nombreuses fissures à l'extérieur et à l’intérieur.

Les façades, construites en pierre de Cassis, de Fontvieille et d’Estaillades, ont retrouvé leur éclat. GFC Construction, la filiale de Bouygues chargée du chantier, a d'abord effectué un hydrogommage pour nettoyer et éclaircir les murs. Elle a ensuite réalisé une «biominéralisation». «Cette technique, relative récente, consiste à déposer des bactéries sur les surfaces pour endurcir la pierre, précise Xavier Gondran, ingénieur travaux à GFC Construction. Elle a déjà testé avec succès sur Notre-Dame de Paris».

«Nous ne sommes pas aux assises ici»

L’intérieur a été aussi refait à neuf. La salle des pas perdus a retrouvé sa luminosité grâce à une nouvelle verrière qui culmine à une quinzaine de mètres. Les décors, boiseries et sculptures ont tous été restaurés. De nombreuses poutres ont été changées et les planchers en béton ont été remplacés. Enfin, les édicules construits au fil du temps dans les cours intérieures ont été détruits. Pendant ces travaux, 59 tonnes d’amiante ont été évacuées.

Les salles d’audience ont été redessinées par le cabinet d’architectes marseillais Tangram qui a associé des voûtes et leurs fresques blanches à des soubassements gris. L’ambiance se veut à la fois solennel et sereine. «A Nantes, le nouveau palais de justice (dessiné par Jean Nouvel) met l’accent sur le noir et les contrastes, explique l’architecte Emmanuel Dujardin. Nous avons voulu faire l’inverse. La lumière est filtrée et les couleurs sont douces. Nous ne voulions pas donner l’impression d’une justice qui accable. Nous ne sommes pas aux assises. Les gens qui viennent ici ne sont pas des criminels mais des gens qui divorcent ou qui connaissent des fins de mois difficiles».

Le palais Monthyon accueillera à sa réouverture, début mars, la 9e chambre civile du tribunal de grande instance, le tribunal de police, ainsi que les archives et les scellés du TGI de Marseille. Sa restauration aura coûté 15 millions d’euros.