Marseille: Le col de la Gineste, une des routes les plus accidentogène de France

SÉCURITÉ ROUTIÈRE Un homme est décédé mercredi à la Gineste dans un accident de voiture...

A.R.

— 

Illustration de policiers en train de faire des contrôles de vitesse.
Illustration de policiers en train de faire des contrôles de vitesse. — SIPA

Un homme de 55 ans a été tué mercredi midi dans un accident de la route sur le col de la Gineste, entre Marseille et Cassis. Selon les marins-pompiers de Marseille, qui ont dépêché sur place sept véhicules de secours et vingt hommes, le véhicule aurait percuté un poids lourd dont le conducteur est choqué mais indemne.

Des contrôles de vitesse réguliers

Il s’agit du deuxième accident mortel en trois mois seulement sur cette route sinueuse. En novembre, quatre jeunes de 21 ans ont également trouvé la mort dans une collision frontale entre deux voitures. C’est une des routes les plus accidentogènes de France. Depuis 2010, 31 accidents se sont produits sur la départementale 559, faisant 13 morts, 12 blessés hospitalisés et 29 blessés légers, d'après la préfecture de police.

«La vitesse est la première cause d’accident sur cette route, estime un gendarme de Cassis. Il n’y a pas de radar fixe». Un projet de radar tronçon serait à l’étude et police et gendarmerie effectuent régulièrement des contrôles de vitesse à l'aide de radars embarqués. Selon les portions, l’allure est limitée à 50, 70 ou 90 km/h. «En haut du col, on a déjà vu des grosses cylindrées à plus de 180 km/h», confie un gendarme.

«Un rallye pas cher»

«C’est une route à flanc de colline et en lacets, pas facile, sur laquelle on peut vite se croire sur un terrain de jeu, dans un rallye pour pas cher», estime Jean-Pierre Guerrini, le directeur de la Prévention routière Paca et Corse. Pour lui, il faudrait limiter la vitesse. «À 50 km/heure, il y aurait sûrement encore des accidents mais ils seraient beaucoup moins graves, explique-t-il. Moins on va vite, moins c’est grave».