OM: Les trois chiffres qui font douter dans la course au titre

FOOTBALL Après sa défaite à Nice, l'OM a encore perdu du terrain sur ses concurrents...

Loic Becart
— 
André-Pierre Gignac contre Nice le 23 janvier 2015.
André-Pierre Gignac contre Nice le 23 janvier 2015. — BEBERT BRUNO/SIPA

«Nous les Marseillais, on est des gourmands, on va essayer d'avoir un peu plus.» La phrase est signée Michy Batshuayi, après le match OM-Lille le 21 décembre, évoquant à demi-mots le titre de champion de France. Un mois après, l’OM en est à trois défaites en quatre matchs officiels en 2015 et il n’y a plus grand-monde pour évoquer le sacre en fin de saison. Il n’y a d’ailleurs personne pour parler tout court, les joueurs sont restés motus et bouche cousue après le revers subi à Nice vendredi. Les chiffres sont en plus contre les Olympiens dans la lutte pour la première place.

Six défaites, trop pour un champion?

Depuis le retour du championnat de France à 20 clubs en 2002, seule une équipe a réussi à être championne en fin de saison en ayant déjà six défaites à la 22e journée. Il s’agit de l’Olympique Lyonnais en 2002-2003. Et encore, l’OL n’a par la suite concédé que deux défaites lors des 16 derniers matchs, dont la dernière lors de l’ultime journée, quand le titre était déjà assuré. L’OM sait donc qu’il va vite devoir retrouver un rythme élevé pour faire mentir les chiffres.

Un point sur 18 dehors

Lors de sa conférence de presse avant Nice-OM, Marcelo Bielsa n’a pas fait que se défendre mordicus sur le cas Doria, il a aussi évoqué le manque d’efficacité de l’OM à l’extérieur: «On n’aborde jamais un match sans essayer de la gagner, même si ça fait trois mois qu’on n’a pas gagné à l’extérieur.» Cela n’a pas empêché les Marseillais de perdre à nouveau à Nice. Depuis octobre, les hommes de Marcelo Bielsa n’ont pris qu’un point sur 18 possibles hors du Vélodrome. L’OM n’est en tout que la cinquième meilleure équipe à l’extérieur en championnat et tous ses concurrents directs pour le titre sont devant lui (Monaco, Saint-Etienne, Paris et Lyon).

Des dynamiques contraires

Avec trois points pris sur les trois derniers matchs, Marseille perd du terrain sur ses concurrents. Lyon en est à neuf points pris sur neuf possibles depuis le début de l’année, Monaco en a pris sept. La différence? L’efficacité, d’après Marcelo Bielsa. «Mon explication a été répétée pendant beaucoup de matchs, affirme le technicien marseillais. L'adversaire a besoin de très peu d'occasions pour nous mettre des buts. Nous, nous allons au but de manière très développée, mais avons besoin de beaucoup d'occasions pour mettre un but.»