Conflit toujours en pointillé à La Poste

GREVE Après Marseille, la Côte bleue et Aix, ce sont depuis hier les guichetiers du groupement «calanques» (Aubagne, Cassis...

Stéphanie Harounyan

— 

Des postiers d’Aubagne en grève, hier.
Des postiers d’Aubagne en grève, hier. — S. PAGANO / REPORTAGES / 20 MINUTES

La grève « en cascade », un groupement après l'autre, se poursuit à la Poste. Après Marseille, la Côte bleue et Aix, ce sont depuis hier les guichetiers du groupement « calanques » (Aubagne, Cassis, La Ciotat et Auriol) qui sont appelés à rejoindre le mouvement départemen­tal, initié le 13 mars par la CGT. Une grève « bien suivie » depuis cinq semaines, assure le syndicat, alors que les taux de grévistes annoncés par la direction sont plutôt moyens. Ainsi hier, selon la CGT, « plus de 50 % des bureaux » (le groupement en compte trente au total) étaient fermés au public, chiffre con­testé par la direction, qui parle de vingt et un bureaux ouverts sur trente, pour 27,2 % de grévistes.Sur les faits à la source du conflit également, les points de vue divergent. Selon Jean-Luc Botella, secrétaire général de la CGT-Poste 13, « la réorganisation à la Poste s'est traduite dans le département par la suppression de deux cents emplois aux guichets ». Des suppressions totalement réfutées par la direction départementale, qui évoque au contraire « cent embauches en CDI aux guichets réalisées en moins de trois ans ». Dans le cadre des négociations engagées depuis le début du conflit, la direction de La Poste propose d'y ajouter quarante-deux titularisations de CDD supplémentaires, à condition que le mouvement de grève prenne fin. « Une avancée, reconnaît Jean-Luc Botella, mais deux cents emplois ont été supprimés, il faut au moins en réinjecter la moitié... » Faute d'accord, la CGT prévoit de déplacer le conflit la semaine prochaine au dernier des sept groupements géographiques du département (Salon-Arles). Après quoi, le syndicat envisage d'étendre le mouvement au niveau régional.

cascade Selon Jean-Luc Botella, secrétaire général de la CGT-Poste 13, le principe de « grève en cascade », et non « tournante » (la loi n'autorisant pas cette dernière) aurait été choisi « parce qu'il ne sanctionne pas trop les usagers qui sont dans le même bain que nous face à une baisse de la qualité du service public ». Si les négociations avec la direction n'aboutissent pas, la CGT veut appeler les usagers à participer à une grande manifestation à Marseille, programmée le 2 mai.