Marseille: Le soldes n'enchantent guère dans le centre-ville

CONSOMMATION Les commerçants constatent la désaffection de clients pour le centre...

A.R.
— 
La rue Saint Ferréol pendant les soldes d'hiver.
La rue Saint Ferréol pendant les soldes d'hiver. — Amandine Rancoule / 20 Minutes

Alors que certains commerces affichent déjà des rabais à 70 %, ce n’est pas la foule des grands jours en centre-ville. «Les deux semaines de soldes sont très mauvaises même si samedi nous avons eu un peu de monde, estime la responsable d’une chaîne de prêt à porter. On subissait déjà la crise économique à laquelle s’ajoute maintenant la peur des gens de venir dans des lieux publics après les attentats».

De plus en plus de ventes privées

Selon une enquête de la chambre de commerce (CCIMP), la saison automne/hiver a été morose pour plus de 60 % des commerçants. Pour les fêtes de fin d’année, la moitié des commerçants annoncent aussi un chiffre d’affaires en baisse par rapport à 2013.

«J’ai déjà fait beaucoup d’achats pendant les ventes privées raconte Laurence, une mère de famille. Je le fais depuis quelques années, depuis que j’ai des enfants». Selon la CCIMP, le phénomène des ventes privées prend de l’ampleur. Près de 66 % des commerçants ont déjà eu recours aux ventes privées avant les soldes, contre 56 % en 2013.

Revaloriser le centre-ville

«Les parkings sont trop chers, il y a beaucoup de travaux et pas d’animation, estime Maxime Melka, un commerçant membre de la commission soldes à Terres de commerces, association qui fédère 5.000 commerçants et associations de commerçants dans le département. L’arrivée des centres commerciaux ou de grandes enseignes comme Primark a bouleversé le shopping en ville».

Selon lui, il faut revaloriser le centre-ville et faire venir de «belles enseignes». «Cette année, les soldes sont particulièrement catastrophiques», estime-t-il. Par rapport à l'année dernière le commerçant fait pour le moment -15% de chiffre d'affaires. «Le climat est contre nous, il n'a pas fait assez froid pour vendre les articles d'hiver, souligne le commerçant indépendant. Il faudrait un énorme froid pendant les trois prochaines semaines pour rattraper le chiffre».