Lycéen tué à Marseille: Deux mineurs en garde à vue, un autre homme recherché

FAITS DIVERS L'enquête sur l'agression mortelle de lundi soir devant le lycée Camille Jullian (11e) progresse...  

Amandine Rancoule

— 

Marseille 12 JANVIER 2015 Les secours devant le lycée Camille Jullian où un adolescent a été poignardé.
Marseille 12 JANVIER 2015 Les secours devant le lycée Camille Jullian où un adolescent a été poignardé. — Amandine Rancoule / 20 Minutes

C'est une dispute entre adolescents comme il y en a tous les jours dans les lycées. Lundi, elle a coûté la vie à Mickaël, 16 ans et demi, poignardé à la sortie de son lycée du quartier de la Barasse (11e), à Marseille.

«Un motif futil»

En début d'après-midi, lors d'un match de basket organisé pendant un cours d'EPS, Mickaël «ne veut pas donner la balle à une jeune fille à ce moment là» du jeu, indique Brice Robin, le procureur de la République de Marseille, parlant d'un «motif futil», d'une affaire «déraisonnable, inexplicable». Elle s'en plaint et une autre jeune fille de 17 ans et demi s'interpose. Une dispute éclate entre cette dernière et Mickaël. Des menaces fusent, elle lui lance que «quelqu'un va venir lui régler son compte».

«Je ne vois pas bien le drame, ne pas donner le ballon, ce n'est pas l'affaire du siècle», souligne Brice Robin. A la fin du match, une lycéenne demande à la jeune fille de renoncer à prévenir son cousin. En vain, elle passe tout de même son coup de fil.

«Ces gens qui sont venus sont venus pour frapper»

«C'est une altercation entre des élèves de 16, 17 ans, indique Pierre-Marie Bourniquel, le directeur de la sécurité publique de Marseille. Il y a eu ensuite un cours de dessin sans que rien d'autre ne se passe».

Selon un ami de la famille de la victime, Mickaël demande à son grand frère de venir le chercher en fin de journée. Les cours terminés, il sort du lycée, suivi par l'adolescente. «Elle le désigne à son cousin puis s'en va, raconte le procureur de la République. Lui, était en train de regarder son téléphone, selon sa famille qui était dans une voiture à 20 mètres du lycée. L'agression a duré entre 5 et 10 secondes. Ces gens qui sont venus sont venus pour frapper».

Mickaël reçoit des coups de matraque télescopique à l'arcade et quatre coups de couteau, dans l'avant bras, au pubis et sous l'aisselle, un coup fatal qui lui sectionne l'aorte. Les deux hommes prennent la fuite en scooter.

La jeune fille a été placée en garde à vue lundi soir à 19 heures. Elle reste muette puis reconnait les faits mardi matin. L'auteur présumé des coups de couteau, âgé de 17 ans et demi, s'est présenté à la police. Connu des services de police, six fois condamné, il est en garde à vue depuis mardi matin 10 heures. Un deuxième homme, âgé de 18 ans et demi, 14 condamnations à son actif, est toujours recherché par la brigade criminelle de la direction départementale de la sécurité publique, saisie de l'enquête.

Une information judiciaire doit être ouverte mercredi pour assassinat et complicité d'assassinat par instigation, selon le procureur. Il compte requérir le placement en détention provisoire des deux mineurs en garde à vue.