Marseille: Une année 2015 dans les urnes et les tranchées

EVENEMENTS L'année 2015 sera marquée notammant par les élections cantonales, la situation à la SNCM et les travaux qui continuent de transformer la ville...

Mickael Penverne

— 

Meeting de Jean-Noël Guérini en novembre pour présenter son nouveau parti, la Force du 13.
Meeting de Jean-Noël Guérini en novembre pour présenter son nouveau parti, la Force du 13. — SIPA

L’année 2015 sera placée sous le signe notamment de la politique, de la SNCM, des travaux et de la justice. Un cru classique en somme.

Retour aux urnes

Après les élections municipales puis sénatoriales, 2015 sera encore une année politique avec les cantonales en mars et les régionales en décembre. L’UMP et l’UDI espèrent prendre la présidence du conseil général à Jean-Noël Guérini, réélu sénateur en septembre et toujours mis en examen dans plusieurs affaires de marchés publics présumés frauduleux. En face, ses anciens compagnons socialistes ont toujours un moral d’enfer. Marie-Arlette Carlotti a annoncé, par exemple, qu’elle ne se représentera pas. Situation inverse au Front National qui compte bien profiter de l'abstention, des divisions de ses adversaires et d'un vote sanction contre la gauche pour faire son entrée au conseil général des Bouches-du-Rhône. Euphorique, le parti espère même piquer la région PACA, en décembre, au socialiste Michel Vauzelle. Jean-Marie Le Pen, âgé de 87 ans, devrait mener la liste frontiste.

L'heure de vérité pour la SNCM

Placée en redressement judiciaire, la compagnie, qui emploie entre 1500 et 2000 personnes, risque de disparaître. Le tribunal de commerce a fixé au 28 mai la fin de la période d’observation. Mais un point d’étape sera réalisé le 7 janvier « afin de vérifier […] si les capacités financières sont suffisantes et permettent d’assurer le financement de son activité ». Si ce n’est pas le cas, la procédure de redressement pourra être convertie en liquidation. Un appel d’offres pour trouver un repreneur a été lancé en décembre. Plusieurs candidats seraient intéressés comme Baja Ferries, dirigée par Daniel Berrebi, un armateur français installé à Miami, le groupe italien GNV, le grec Epirotiki Line et le français Stef, propriétaire de la Compagnie méridionale de navigation (CMN). Selon le gouvernement, la Commission européenne aurait accepté le transfert de la délégation de service public (DSP) pour la desserte entre la Corse et le continent « dès lors qu’elle est allotie en plusieurs parties ». Ce qui fait craindre aux syndicats une vente de la compagnie « à la découpe »

Le tram enfin!

Pendant ce temps, les travaux continuent à Marseille. La ligne 3 du tramway, entre la rue de Rome et la place Castellane, sera enfin achevée. Le chantier devrait être livré avant la fin du 1er trimestre, avec au moins 6 mois de retard. Les travaux de la L2 vont s’intensifier cette année, ce qui rendra difficile la circulation dans certains secteurs. Sous le Merlan, par exemple, les deux sens de circulation seront basculés d'un seul côté de la chaussée. Sur le tracé Est, les véhicules circulant en direction de Marseille emprunteront dès février la trémie qui a été construite sous l'échangeur Florian.

Mas et PIP de retour à la barre

Sur le plan judiciaire, l’année sera marquée notamment par le procès en appel, en novembre, de Jean-Claude Mas, le fondateur de Poly Implant Prothèse (PIP). En première instance, il avait été condamné à 4 ans d’emprisonnement ferme pour « escroquerie et tromperie aggravée ».