OM: L'indispensable monsieur Payet

FOOTBALL Le Marseillais est impliqué sur tous les buts de son équipe contre Metz...

Loic Becart

— 

Dimitri Payet félicité après son but contre Metz au Vélodrome, le 7 décembre 2014.
Dimitri Payet félicité après son but contre Metz au Vélodrome, le 7 décembre 2014. — Boris Horvat - AFP

Deux buts et quatre passes décisives. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Sur les quatre dernières journées, Dimitri Payet a été directement impliqué sur six buts de l’OM. Encore contre Metz dimanche soir, le Réunionnais a été présent sur les trois buts. Sur le premier d’André-Pierre Gignac, le meilleur passeur du championnat de France adresse un centre de la tête de l’avant-centre olympien. Sur le deuxième signé André Ayew, Dimitri Payet est à la récupération du ballon après un corner.

Par cette présence dans la construction des buts, il reprend le rôle de Mathieu Valbuena, meilleur passeur de L1 en 2012-2013, et parti vers le Dynamo Moscou à l’été 2014. «Avec Dimitri, on se connaît de mieux en mieux, note André Ayew. Je me sentais à l’époque très à l’aise avec Mathieu Valbuena. Ca faisait des années qu’on jouait ensemble, je savais comment il bougeait sur le terrain et lui savait ce que je voulais. Je commence à trouver ça avec Dimitri. Il faut garder cela, l’améliorer et être bien coordonnés pour déstabiliser plusieurs défenses.»

Une seule fois remplaçant en 17 matchs

Présent dans la construction, Payet l’est aussi dans la finition avec deux buts dans la même semaine: l’un contre Lorient, le second pour clore le score contre Metz. «Je tiens à le féliciter, il fait un très gros travail, souligne Brice Dja Djédjé. On sait que «Dim» est un très bon joueur. Il nous fait énormément de bien au milieu du terrain où il arrive à conserver le ballon.»

«Payet arrive à déséquilibrer une défense quand il est à l’organisation de l’attaque», ajoute l’entraîneur marseillais Marcelo Bielsa. Ce dernier ne cesse de lui renouveler sa confiance. Il fait partie de ces joueurs n’ayant eu aucune suspension ni blessure durant cette première partie de saison. C’est donc tout naturellement qu’El Loco le fait participer à tous les matchs de championnat. Il n’a été remplaçant qu’une fois en 17 rencontres, lors de la deuxième journée contre Montpellier (défaite 0-2).

Le rythme est donc intense pour l’animateur du jeu marseillais. Deux gros matchs l’attendent encore jusqu’à la trêve hivernale, à Monaco puis contre son ancien club, Lille. «Il y a de la fatigue, concède Dimitri Payet. Mais la pause est faite pour ça, pour se reposer.»