Alpes du Sud: La saison commence ce samedi

LOISIRS Dans les Alpes du sud, la saison démarre ce samedi. Les stations ouvriront au fur et à mesure de l'enneigement...

Amandine Rancoule

— 

Les 68 stations des Alpes du Sud se partagent 3 700 km de pistes de ski.
Les 68 stations des Alpes du Sud se partagent 3 700 km de pistes de ski. — Bertrand Bodin

Les professionnels du tourisme des Alpes du sud sont «confiants». Pour les vacances de Noël, le niveau des réservations atteint 80 %. Il monte à 90 % la semaine du nouvel an. L’année dernière, 118 000 personnes ont passé les fêtes de Noël dans les stations du sud. 20 Minutes Provence vous donne cinq bonnes raisons de vous y rendre.

1 De la neige et du soleil.

«Il y a de la neige sur les hauteurs et elle va descendre», assure Pierre Meffre, le président du comité régional du tourisme (CRT). La saison est lancée à partir de samedi dans les Alpes du sud. Certaines stations comme Isola 2000 ont même déjà partiellement ouvertes.

«Il ne faut pas s’affoler, les habitués de la montagne savent que la neige est toujours au rendez-vous, souligne Jacques Martin, le président de la communauté de communes de la vallée de l’Ubaye. Dans les Alpes du nord, il neige toute la semaine et on reste enfermés. Dans les Alpes du sud, il neige et en plus il y a du soleil».

2. Les stations sont près de Marseille.

Les premières stations sont à moins de trois heures de Marseille. Selon le CRT, 72% des clients sont des habitants de la région PACA. En plus, certaines stations sont bien desservies en bus ou en train. A partir de janvier, le train des neiges reprend du service. Depuis Aix TGV ou l'aéroport Marseille Provence les navettes blanches desservent aussi les stations des Alpes du sud.

3. Le prix.

«Il faut arrêter de dire que le ski c’est trop cher, martèle Bruno James, le directeur général du CRT. Il faut compter en moyenne 400 euros par personne pour le forfait, la location du matériel et l’hébergement». Selon lui, les tarifs des forfaits n’ont pas augmenté depuis 5 ans.

Cette année, beaucoup de stations ont aussi recours aux promotions. La station des Orres propose un forfait 6 jours consécutifs à 132,5 euros par personne. Pendant les vacances scolaires, les familles peuvent profiter des tarifs à moins de 1000 euros le séjour d'une semaine en location meublée et des forfaits de ski 6 jours dans les stations villages du Champsaur et Valgaudemar. Hors congés, le Queyras propose 50% de réduction sur les forfaits. «On peut aussi prévoir d'être logé en fond de vallée plutôt qu’au pied des pistes et prendre les transports en commun», souligne Pierre Meffre.

4. La glisse en tous genres.

Cette année, les stations des Alpes du sud ont innové. A Pra Loup, à Vall d'Allos et au Sauze, des pistes sont dédiées aux enfants. Dans cette derrière station, des espaces permettent de s'exercer à passer des bosses, des portes et des virages avec trois boarder cross et d'un snow park. «Nos stations ont su conserver une clientèle jeune en diversifiant son offre face à l'arrivée du snowboard par exemple», estime Jacques Martin.

Au col du Lautaret, des professionnels encadrent la pratique du snowkite, un sport de glisse, ski aux pieds et voile dans le dos. Pour les amateurs de freeride, un guide propose même du hors-piste à la Grave et la Meje. Les moins téméraires sont aussi servis dans toutes les stations avec des randonnées en ski ou des descentes en luge.

5. La neige. Mais pas que.

En 2013, malgré un nombre de nuitées identiques à 2012, le nombre de journées de ski a diminué de 7%, selon le CRT. «On voit de plus en plus de personnes qui skient quelques jours et prennent une ou deux journées pour randonner ou faire autre chose», indique Bruno James.

Les centres de bien être font le plein. A la Joue du Loup, un nouvel espace aquatique avec soin du corps a ouvert. Même chose à Montgenèvre où un espace balnéo est désormais accessible. Et pour profiter de l'air de la montagne, les traditionnelles balades en raquette font recette. Les plus feignants pourront même tenter le coup avec des promenades en... giropode.