Marseille: La carte de santé pour les personnes SDF fait polémique

SOCIETE Une «carte de santé» distribuée par le samu social de Marseille aux personnes vivant dans la rue a créé la polémique...

Amandine Rancoule

— 

Marseille le 3 Décembre 2014. Manifestation contre la carte de santé pour les personnes SDF.
Marseille le 3 Décembre 2014. Manifestation contre la carte de santé pour les personnes SDF. — Amandine Rancoule / 20 Minutes

Eddie ne veut pas de la carte santé du samu social. Depuis 14 ans, il vit dans la rue et depuis 14 ans, il possède sa propre carte Vitale. «Dessus, il n’y a pas marqué que je suis SDF, raconte-t-il. Je n’ai pas envie d’exposer ma vie sur une autre carte pour que l’on se dise lui, c’est un SDF, on va le soigner plus tard», raconte-t-il. Alors, mercredi matin, il est venu manifester avec une cinquantaine de personnes sous les balcons de l’hôtel de ville. Tous demandent le retrait de cette carte.

«Violation du secrat médical»

Depuis septembre, le samu social la propose aux personnes vivant dans la rue. Nom, prénom, numéro de Sécurité sociale et pathologies y sont inscrits par la personne détentrice. «C’est une violation du secret médical, estime Cendrine Labaume, la coordinatrice générale de Médecins du monde à Marseille. Il y a aussi un risque de discrimination : en quoi la prise en charge médicale est différente quand il s’agit d’un patient lambda ou d’un patient SDF ?», s’interroge-t-elle.

Autre polémique : le triangle jaune dessiné au recto de la carte. «Au-delà du caractère désagréable de voir un triangle jaune apposé sur les vêtements de certains de nos concitoyens, je veux dire qu'il n'est pas acceptable que l'état de santé, les pathologies des citoyens soient inscrites noir sur blanc sur leur poitrine», a réagi Marisol Touraine, la ministre de la Santé.

«Et demain, ce sera quoi ? Un triangle pour les chômeurs ?», se demande aussi Pierre, tenant une affiche où sont représentés tous les signes distinctifs imposés dans l’Allemagne nazie à différentes catégories de la population.

Une «nouvelle carte»

«Cette polémique est insultante, réagit Xavier Mery, l’adjoint délégué à la lutte contre l’exclusion. Comparer le travail du samu social à celui de la Gestapo est grave. On parle d’étoile jaune, cela dépasse l’entendement. Cette carte est destinée à tous, et pas uniquement aux SDF et n’a pas vocation à être collée sur les vêtements. A priori, nous n’avons pas prévu de l’arrêter car beaucoup de personnes l’accueillent bien».

Face à la polémique, une nouvelle «carte de secours» devrait toutefois être conçue sous «une nouvelle forme» dès vendredi.