Marseille: La lutte contre la fraude rapporte 10 millions d’euros

ECONOMIE Le comité opérationnel départemental anti-fraude (CODAF), qui rassemble plusieurs administrations, a donné ses chiffres prévisonnels pour 2014...

Mickael Penverne

— 

Bureaux dans le service des fraudes des professionnels de santé au sein de la CPAM (photo d'illustration).

Bureaux dans le service des fraudes des professionnels de santé au sein de la CPAM (photo d'illustration). — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES

La lutte contre la fraude aux finances publiques rapporte de plus en plus. En 2012, le comité opérationnel départemental anti-fraude (CODAF), qui rassemble plusieurs administrations (police, douanes, fisc, CPAM, CAF, Pôle emploi…) sous l’autorité du préfet, avait récupéré 3 millions d’euros.

En 2013, c’était 6 millions d’euros. Cette année, le CODAF, qui a traité 67 dossiers, s’attend à encaisser 10 millions d’euros.

En 2014, les autorités ont démantelé, par exemple, trois filières de faux documents, traité une escroquerie à la CPAM d’un montant de 800 000 euros et mis à jour 24 affaires de travail illégal.

Un (seul) million d'euros pour la fraude « sociale »

Sur les 10 millions d’euros que projette de récupérer le CODAF d’ici la fin de l’année, 9 relèvent de la fraude fiscale et un million d’euros de la fraude «sociale» (à la CAF, au RSA, à la CPAM, etc.).

«Mais l’action du CODAF ne résume pas tout le travail contre la fraude, précise Claude Suire-Reisman, directrice régionale des finances publiques. Chaque administration fait ses contrôles et mène ses propres opérations en parallèle.»

En 2015, le CODAF se concentrera sur la lutte contre la TVA intracommunautaire sur la vente de voitures d’occasion qui occasionne, selon Brice Robin, procureur de la République,«plusieurs milliards d’euros» de préjudice au niveau européen.

Le Comité a prévu également de mettre la pression sur les salariés détachés qui sont nombreux dans le bâtiment et les travaux publics et «qui soulèvent des inquiétudes», dixit le préfet des Bouches-du-Rhône, Michel Cadot.

Mots-clés :