Marseille: Un légionnaire devant le tribunal pour l'incendie des calanques

JUSTICE Il est soupçonné d’avoir ordonné des tirs de balles traçantes à l’origine de l'incendie de juillet 2009 qui avait fait deux blessés...

20 Minutes avec AFP

— 

Des pompiers dans les calanques (photo d'illustration).
Des pompiers dans les calanques (photo d'illustration). — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Un légionnaire comparaît ce lundi devant le tribunal correctionnel de Marseille pour «destruction, dégradation ou détérioration involontaire du bien d’autrui». L'adjudent Philippe Fontaine, 48 ans, est soupçonné d’avoir ordonné des tirs de balles traçantes à l’origine de l’incendie qui avait ravagé 1.000 hectares dans les calanques en juillet 2009.

Le feu avait démarré dans le camp militaire de Carpiagne avant de franchir les crêtes des collines. Circonscrit au bout de trois jours, il avait fait deux blessés et 67 victimes matérielles.

« Dommage irréversible à l'environnement »

Le juge d’instruction avait estimé, dans un premier temps, que les charges retenues étaient insuffisantes et avait demandé un non-lieu partiel pour l’adjudant. Mais en février, la cour d’appel d’Aix-en-Provence a décidé le renvoi du légionnaire en correctionnelle.

Selon elle, ce dernier est fautif d’une «violation manifestement délibérée d’une obligation de prudence ou de sécurité» pour avoir «utilisé, sans l’accord de sa hiérarchie, des balles traçantes dont l’usage était interdit».

«Il paraît établi que c'est bien l'emploi de munitions traçantes qui a engendré le départ de feu», ajoute-t-elle. Circonstances aggravantes, «l'incendie est intervenu dans des conditions de nature à exposer les personnes à un dommage corporel et à créer un dommage irréversible à l'environnement».