PACA: Le mensuel «Le Ravi» est en cessation de paiement

MEDIAS Confronté à un souci de trésorerie, le mensuel «Le Ravi» va demander un placement en redressement judiciaire. Une audience est prévue le 25 novembre devant le Tribunal de grande instance de Marseille...

Amandine Rancoule
— 
Illustration d'un kiosque à journaux.
Illustration d'un kiosque à journaux. — Hocine Zaourar AFP

La Tchatche, l'association éditant le mensuel satirique «Le Ravi» depuis plus de dix ans, a annoncé avoir déposé le bilan mardi devant le Tribunal de commerce de Marseille. Une audience aura lieu à 14 heures le mardi 25 novembre au Tribunal de grande instance de Marseille. Le titre de presse va demander un placement en redressement judiciaire. «Le Ravi» connaît des difficultés financières, affichant un déficit de près de 60.000 euros.

«Tous les scénarios sont ouverts»

La volonté de consolider l'emploi après la fin des contrats aidés conjuguée à une forte baisse des aides publiques allouées aux associations, expliquent aussi cette situation. Selon l'équipe du mensuel, les aides de la Région ont baissé de 44%, et celle du Conseil général de 90%. «Effectivement, confirme-t-on au Conseil général. Tous les ans, on réétudie les dossiers de demandes et l'on doit redéfinir les priorités».

Pour réduire ses dépenses, le mensuel va donc passer de sept personnes, soit 5,5 équivalents temps plein, à deux salariés à temps plein. Et si le numéro de décembre va sortir en version normale (34 pages), les prochains seront «allégés».

«On va ainsi se donner du temps pour réfléchir, tous les scénarios sont ouverts, souligne Michel Gairaud, le rédacteur en chef. Il faut aussi que l'on pense différemment l'articulation entre le Web et le print. Nous devons essayer de combler l'écart entre les 2.000 exemplaires vendus par mois et les 50.000 lecteurs par mois sur le site qui est gratuit», précise le journaliste.

Une campagne de soutien

L'année dernière, «Le Ravi» avait déjà connu une période difficile. L'équipe avait alors lancé un «Couscous Bang Bang», clin d'œil au «KissKissBankBank», pour soutenir le titre. Plus de 600 lecteurs avaient participé, comblant ainsi les 30.000 euros faisant défaut à la trésorerie de La Tchatche.

«On ne va pas refaire la même chose, assure Michel Gairaud. L'envie de l'association est de continuer. Selon si l'on est suivi, on ira trouver des fonds». D'après lui, le lectorat du «Ravi» est en hausse de 50% en kiosque et de 20% en abonnements. Une campagne de soutien est d’ores et déjà lancée.

La Marseillaise

Quotidien fondé en 1943 dans la clandestinité, La Marseillaise, longtemps proche du PCF et toujours ancré à gauche, a demandé vendredi 14 novembre sa mise en redressement judiciaire. Selon Jean-Louis Bousquet, le PDG du quotidien marseillais, le titre est confronté cette année à des pertes estimées entre un million et 1,5 million d'euros.