Marseille: Les parents d'élèves occupent une école dans le 10e arrondissement

RYTHMES SCOLAIRES Plusieurs parents d'élèves occupent l'école Cap Est pour protester contre l'absence d'activité de prise en charge de leurs enfants le vendredi après-midi...

Mickael Penverne

— 

Marseille, le 7 novembre 2014, des parents d'eleves occupent l'ecole Cap Est.
Marseille, le 7 novembre 2014, des parents d'eleves occupent l'ecole Cap Est. — Mickaël Penverne / 20 Minutes

Une vingtaine de parents d'élèves ont envahi pendant quelques heures l'école primaire Cap Est, dans le 10e arrondissement de Marseille. Ils entendaient protester contre l'absence de prise en charge de leurs enfants le vendredi après-midi.

Depuis la rentrée, la municipalité est régulièrement mise en cause les parents d'élèves et les syndicats d'enseignants pour avoir tardé à mettre en place la réforme des rythmes scolaires. A l'école Cap Est, les cours s'arrêtent le vendredi à 11h30, sans activité périscolaire ni cantine.

« Ils vont bien finir par lâcher prise »

Comme la plupart des parents, Aurélie jongle avec son emploi du temps, et ses revenus, pour s'occuper de ses deux enfants le vendredi après-midi: «J'ai dû poser des jours pour venir les chercher, explique-t-elle. Mais du coup, c'est aussi mon salaire que j'ai réduit.» La mère de famille affirme avoir perdu 200 euros par mois, auquel il faut ajouter 100 euros de nounou supplémentaire.

Trois mois après la rentrée, c'est toujours la même frustration qui domine chez les parents d'élèves qui ne voit toujours pas le bout du tunnel. «C'est lamentable: la mairie se sert de nous pour régler ses comptes avec le PS, peste Nadia, une jeune sage-femme mère d'une fillette. Ils vont bien finir par lâche prise un jour ou l'autre. Mais en attendant, c'est la galère.»

Même amertume chez Sylvain, venu manifester avec son garçon dans la poussette: «La mairie n'a rien anticipé, commente ce jeune papa. Nous, pendant ce temps-là, on est obligé d'alterner les jours de congé - quand l'employeur est d'accord - et la nounou - quand elle est disponible.»

Il manque un millier d'animateurs

Les parents d'élèves réclament la mise en place immédiate d'un système de garderie le vendredi, de 11h30 à 16h30. La mairie, de son côté, continue de faire le dos rond. Danielle Casanova, adjointe au maire chargé des écoles, a promis aux parents d'élèves de l'école Cap Est des animateurs de centres aérés des 9e et 10e arrondissements, en attendant que les activités péri-scolaires soient définitivement mises en place.

«Aujourd'hui, 217 écoles sur 444 ont commencé les activités périscolaires, indique-t-elle. La semaine prochaine, il y en aura 10 de plus. Peut-être que cette école en fera partie.»

L'élue UMP estime qu'il faudra attendre fin décembre pour que l'ensemble des écoles marseillaises proposent des activités le vendredi après-midi. «La seule chose qui bloque actuellement, c'est le recrutement des animateurs, explique-t-elle. Sur les 3500 dont nous avons besoin, il nous en manque encore un millier.»